28.9 C
Dzaoudzi
mercredi 1 décembre 2021
AccueiljusticePrison ferme pour une opération punitive à la suite d’un cambriolage

Prison ferme pour une opération punitive à la suite d’un cambriolage

Avec comme double objectif de retrouver le produit d’un cambriolage dont ils furent les victimes, mais aussi leurs auteurs, deux hommes en ont entraîné cinq autres dans une « chasse à l’homme ». Une tendance actuelle de se faire justice qu’il faut contrer pour le parquet.

Emmanuel Planque présidait l'audience
Emmanuel Planque présidait l’audience

C’est l’histoire d’un règlement de compte. D’une opération punitive même. Ils sont sept à être prévenus ce mercredi, et ils sont tous dans la salle. Appelés à la barre, l’un les mains dans les poches, l’autre, les bretelles défaites qui tombe sur les fesses… le juge Emmanuel Planque recadre tout ça avant de décliner les identités, surnoms y compris, et les faits.

En dehors de A.H. natif de Barakani (Anjouan), tous sont français, nés à Bandraboua ou Mamoudzou. Seuls deux frères O.A. et M.A., les plus âgés, travaillent, ils ont tous deux une mention de conduite sans permis et sans assurance au casier judiciaire. Les autres sont sans emplois et vivent chez leurs parents. Pour survivre ? « Je me démerde », dira Y.D., dans cette expression passée dans le langage courant à Mayotte qui traduit, comme c’est le cas, des ventes sporadiques de fruits et légumes cultivés dans les campagnes.

C’est dans la nuit du 22 au 23 septembre 2013 que tout a commencé. La maison des parents de O.A. et M.A. est cambriolée : un ordinateur portable, une télévision écran plat et de l’argent sont dérobés.

La tête de l’emploiBandes jeunes armés

Les deux frères décident alors de mener leur propre enquête, « une chasse », selon le juge Planque, au cours de laquelle ils rameutent leurs amis, « ils trainaient à Dzoumogné », précisent-ils, et finissent par trouver un jeune suspect H.M. Ils l’embarquent dans leur voiture, un 4×4 Navara, le giflent, puis le ramènent.

D’ailleurs, à la barre, M.A. fixant durement le jeune H.M. de 16 ans et demi, n’hésitera pas à prendre le président Planque à témoin « voyez ! Il suffit de le regarder pour savoir que c’est un voleur ! » C’est peu de dire que l’homme de loi faillit s’étrangler, « je vous rappelle qu’il n’est pas accusé, mais victime ! Et vous, avez-vous la tête d’un prévenu ?! »

Même position de la part de son frère, O.A. dont le témoignage vaut presque un Audiard : « c’est vrai qu’on l’a un peu bousculé le p’tit jeune, on lui a mis un p’tit coup de pression, quoi ! »

Bâillonné et attaché

Chez les autres jeunes, on convient de cette « pression », et s’adressant aux juges, « on s’est dit que vous alliez attraper les voleurs et les laisser partir », alors que O.A. et M.A. baissent d’un ton, « on voulait juste retrouver les affaires, notre père a besoin de son scooter, et notre mère de la télé pour les enfants ». Mais le juge n’en démord pas, « vous continuez à divaguer ! ».

Car la « chasse » n’est pas finie. A bord de sa camionnette professionnelle, M.A. et sa bande barrent la route à un taxi où se trouve un autre auteur présumé du cambriolage, l’embarquent à bord, l’isolent prés de la retenue collinaire de Dzoumogné où ils le frappent avec des bambous et bâtons à épines, le bâillonnent et l’attachent à un arbre à pain. Le jeune s’en sort avec 4 jours d’ITT (Interruption temporaire de travail).

Le troisième acte de vengeance sera dirigé contre K., qu’ils débusquent devant sa femme, alors que O.A. lui lance « la loi, ici, c’est moi ! », avant de le frapper au visage et de l’emmener à la cascade de Soulou.

Un an et demi est passé depuis les faits, le juge Planque s’interroge et les questionne : « vous pensez quoi de tout ça ? » Ils regrettent tous, certains pour les conséquences éventuelles que peut avoir le jugement sur leurs vies personnelles, et c’est à l’issue d’une audience qui agit comme une thérapie que O.A. reconnaît qu’il aurait du porter plainte.

Tendance à se faire justice chez la population

La substitut du procureur Laurence Prampart
La substitut du procureur Laurence Prampart

Un fossé entre la perception du droit, comme certains ont une perception de la délinquance…, et l’application d’une loi pas encore comprise. Une réalité mahoraise, des affaires qui se réglaient à l’intérieur des familles ou des villages, et qui incitait la représentante du parquet à demander justement : « pourquoi n’êtes-vous pas allés voir les parents des victimes pour discuter ? » Les nez se baissent, les regards au sol.

Une substitut qui souligne la présence de tous les prévenus, qui admet qu’on veuille retrouver les objets volés, mais qui sera très ferme dans ses réquisitions, « au regard de la tendance actuelle de la population qui tend à se faire justice elle-même. La fin ne justifie pas les moyens ». Elle demandera des peines de 5 et 6 mois de prison ferme pour les deux frères meneurs, et des travaux d’intérêt général pour les autres, une solution qu’elle juge adaptée à l’inactivité de ces jeunes.

Le délibéré lui donne en partie raison puisque O.M. est condamné à 12 mois de prison dont 2 fermes, M.A. à 8 mois dont 4 fermes. Ils ne partent néanmoins pas en prison et devront plaider leur aménagement de peine devant le juge d’application des peines, puisque M.A. est à la tête d’une entreprise de 30 salariés. De la prison avec sursis et mise à l’épreuve pour un troisième, et 150 à 200 heures de travaux d’intérêt général aux autres.

Ils ont bien retrouvé les objets volés, dont certains à Anjouan trois mois après, et l’on ne saura pas si le jeune présent, au statut de victime, accompagné de sa mère était bien l’auteur du cambriolage.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

CFDT, Laurent Berger, Mayotte

Laurent Berger : « Il faut arrêter le rafistolage permanent à...

0
Mayotte terre de prédilection pour le syndicalisme. Les causes à défendre sont légion. Les inégalités et les injustices pleuvent au moins autant que les averses sur le CHM de Mamoudzou ce mardi, noircissant un peu plus son tableau pour Laurent Berger. Le grand patron de la CFDT* depuis 2012, nous a rapporté ses impressions de première visite sur le territoire
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan