26.9 C
Dzaoudzi
lundi 8 août 2022
AccueilEconomieOctroi de mer : l'Europe resserre l'étau

Octroi de mer : l’Europe resserre l’étau

Si cette taxe qui protège les producteurs locaux a bien été confirmée, elle devient plus restrictive dès ce 1er janvier 2015. Un bras de fer entre les territoires ultramarins qui revendiquent leurs spécificités, et l’Europe.

Douka marchandises taxesTous les produits importés à Mayotte sont soumis à une taxe. Depuis que Mayotte est devenue Région européenne Ultrapériphérique (RUP), elle n’est plus assujettie à la taxe à la consommation, mais à l’Octroi de mer. Avec une nouvelle donne : la libre circulation des marchandises chère à l’Europe qui implique la même taxation des produits fabriqués sur le territoire.

Quelques uns sont épargnés, c’est le but de cet Octroi de mer : 59 produits fabriqués localement à Mayotte, 160 en Martinique, qui ne supporteraient pas la concurrence des importations, par le fait de coût de matières premières ou de production supérieur. On y trouve le poivre, la vanille, le poisson ou les produits laitiers.

Cette taxe est perçue par les Douanes pour le compte du Conseil général et des communes. Le produit de l’octroi de mer a été pour cette première année à Mayotte supérieur de 14 millions d’euros aux estimations.

Un préavis de 6 ans…

La maigre production locale de vanille protégée... pour l'instant
La maigre production locale de vanille protégée… pour l’instant

L’Octroi de mer est donc une dérogation consentie par l’Europe pour protéger les producteurs locaux ultramarins. Et comme toute dérogation, elle n’a qu’un temps. Il est justement arrivé à terme puisque la décision du Conseil européen de 2004 l’avait fixé à 10 ans.

Les tractations vont donc bon train depuis le début de l’année entre les DOM et la Commission européenne, et un nouveau régime d’octroi de mer sera bien mis en place à partir du 1er janvier 2015, indique le dernier bulletin du cabinet Euros Agency.

Avec des conditions plus restrictives cependant : auparavant, seules les entreprises au chiffre d’affaire supérieur à 550 000 euros étaient assujetties à l’Octroi de mer, le seuil est abaissé à 300 000 euros, comme cela avait été annoncé. D’autre part, la durée du dispositif prévu sur 10 ans est ramenée à 6 ans à partir de ce 1er janvier 2015.

Le Parlement adoptera définitivement sa position le 16 décembre prochain, lors de la session plénière à Strasbourg, avant que le Conseil n’ait le dernier mot le 17 décembre.

La révision à mi-parcours de ce nouveau dispositif est prévue en 2017. Une étape qu’il faudra préparer surtout à Mayotte qui bénéficie pour la première fois de ce régime « et dont le tissu économique local est en pleine structuration ».

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

 

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139533
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139533
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139533
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.

Les outre-mer dans la Constitution : « changer de paradigme ultramarin est une nécessité...

139533
Pour nourrir le débat sur la place des outre-mer dans la Constitution, la délégation sénatoriale aux outre-mer a organisé en juin dernier une réunion conjointe avec l’Association des juristes en droit des outre-mer. L’objectif, esquisser des pistes de réflexion pour refonder les articles 73 et 74 de la Constitution au regard des réalités des territoires ultra-marins.

Les députés de l’île en première ligne pour défendre Mayotte et les outre-mer

139533
Estelle Youssouffa et Mansour Kamardine semblent ne pas avoir démérité depuis ce début de semaine dans l’hémicycle. Si la première a été élue en début de semaine vice-présidente de la délégation aux outre-mer de l’Assemblée nationale, le second a eu un amendement voté en son nom prévoyant une enveloppe de 15 millions d’euros pour « renforcer les aides alimentaires en Outre-mer ».
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com