27.9 C
Dzaoudzi
lundi 8 août 2022
AccueilFil infoMiss France: polémique sur la malédiction tahitienne et le «racisme envers l’Outre-mer»

Miss France: polémique sur la malédiction tahitienne et le «racisme envers l’Outre-mer»

La Miss Tahiti est arrivée samedi à la deuxième place du concours Miss France pour la troisième année consécutive, une malédiction qui a fait beaucoup réagir en Polynésie française, collectivité d’outre-mer friande de concours de beauté.

Miss TahitiAprès Hinarani de Longeaux, battue par Marine Lorphelin en 2012, Mehiata Riaria, battue par Flora Coquerel en 2013, Hinarere Taputu a elle aussi été élue première dauphine de la nouvelle Miss France, Camille Cerf.

En 2012 et 2013, la polémique avait surtout porté sur la capacité des serveurs à absorber les nombreux votes venus de Polynésie française. Selon les internautes, si tous les votes avaient été pris en compte, Mehiata Riaria aurait notamment été Miss France en 2013. Selon le gouvernement local, plus de 122 000 votes de Polynésiens n’avaient pas été comptabilisés par le serveur de TF1, qui était saturé.
Le règlement du concours Miss France, prévoit que les “dysfonctionnements des réseaux et des systèmes” ne peuvent entraîner “aucune réclamation”.

Cette année, le récapitulatif des résultats montre que le jury a placé Camille Cerf et Hinarere Taputu à égalité, et que c’est le vote du public qui a fait gagner la métropolitaine.
Sur les réseaux sociaux, les Polynésiens ont souligné la différence de soutiens potentiels de ces deux Miss : “4 millions d’habitants dans le Nord-Pas-de Calais, 280 000 en Polynésie, comment tu veux qu’on gagne ?” s’interroge-t-on.

Les Polynésiens sont presque unanimes pour féliciter Hinarere Taputu pour sa place de première dauphine. Certains soupçonnent les métropolitains de racisme envers l’outre-mer. Quelques-uns soupçonnent toujours un complot contre la Polynésie : “ça coûterait trop cher à la production d’organiser l’élection à Tahiti si on gagnait, sans compter le décalage horaire”…

La Polynésie française se passionne pour ces concours de beauté. Miss Tahiti est le titre local le plus prestigieux, mais il existe aussi une Miss Dragon (pour les jeunes filles d’origine chinoise), une Miss Popa’a (pour celles d’origine métropolitaine), une Miss Vahinetane (pour les transexuelles) et même des élections pour représenter certaines marques, communes, quartiers ou établissements scolaires.

(Source: Le JIR)

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139137
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139137
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139137
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.

Les outre-mer dans la Constitution : « changer de paradigme ultramarin est une nécessité...

139137
Pour nourrir le débat sur la place des outre-mer dans la Constitution, la délégation sénatoriale aux outre-mer a organisé en juin dernier une réunion conjointe avec l’Association des juristes en droit des outre-mer. L’objectif, esquisser des pistes de réflexion pour refonder les articles 73 et 74 de la Constitution au regard des réalités des territoires ultra-marins.

Les députés de l’île en première ligne pour défendre Mayotte et les outre-mer

139137
Estelle Youssouffa et Mansour Kamardine semblent ne pas avoir démérité depuis ce début de semaine dans l’hémicycle. Si la première a été élue en début de semaine vice-présidente de la délégation aux outre-mer de l’Assemblée nationale, le second a eu un amendement voté en son nom prévoyant une enveloppe de 15 millions d’euros pour « renforcer les aides alimentaires en Outre-mer ».
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com