21.9 C
Dzaoudzi
lundi 8 août 2022
AccueilUneLes ambitions du Canoë-Kayak mahorais pour fêter ses 10 ans

Les ambitions du Canoë-Kayak mahorais pour fêter ses 10 ans

Le comité de canoé-kayak mahorais va célébrer ses 10 ans. Avec 4 nouveaux clubs, le nombre d’adhérents devrait exploser l’an prochain, de quoi en faire «le comité sportif le plus actif de Mayotte».

Ce samedi sur Petite-Terre
Ce samedi sur Petite-Terre

Le président est jeune, 20 ans, et le comité sportif qu’il dirige aussi : le canoé-kayak de Mayotte va fêter ses 10 ans en 2015. Ibrahim Ambdil Farkour, le président du comité organisait ce samedi une «journée de cohésion» pour les membres actifs de ce sport à Mayotte. «Nous voulions présenter nos idées pour les mois à venir et surtout permettre à tous les acteurs de se rencontrer pour développer des projets communs». Car la pratique du canoé-kayak à Mayotte va changer de dimension.

Deux clubs –Passamainty et Petite-Terre- sont actuellement actifs. Ils vont être rejoints par quatre autres permettant au comité de proposer la pratique du canoë-kayak dans tout le département : ils seront installés à Mtsangaboua, Sohoa, Mbouini et Bandrélé.
«Notre objectif et d’atteindre 500 licenciés à la fin de l’année 2015», soutien Ibrahim Anbdil Farkour. Ils sont actuellement 158 dans le département. Mais pour réussir ce développement rapide, il va falloir trouver de l’argent car le canoé-kayak «est un des sports qui coûte le plus cher.» Matériel et encadrement nécessitent de véritables investissements. Le prix de la licence est également élevé et impose aux clubs d’en financer une grande partie pour que la pratique se démocratise.

Dans cette optique le comité est à la recherche de partenaires et d’entreprises susceptibles d’apporter un soutien financier nécessaire* qui viendrait en complément des subventions du conseil général et de l’état.

Un équipement spécifique qui coûte cher
Un équipement spécifique qui coûte cher

Un pôle formation

Ce samedi, les membres du comité ont donc réfléchit aux différents actions à mettre en œuvre pour se donner les moyens de ces ambitions. D’abord, un pôle formation sera installé, animé par un titulaire du brevet d’Etat mis à disposition du comité par le conseil général. L’idée serait de proposer des «pagaies couleurs» en fonction des niveaux, sur le modèle des ceintures des arts martiaux, mais aussi de former les dirigeants et les encadrants.
La semaine prochaine par exemple, des «aspirants moniteurs» suivront une session à Cavani. Quant aux dirigeants et futurs dirigeants, ils auront droit, le 23 décembre prochain, à une journée spécifique sur l’animation et la responsabilité d’un club.

Viser les compétitions nationales

Plus de clubs, cela va permettre au comité de développer un pôle compétition. «Jusqu’à présent, on fait essentiellement du kayak loisir. Mais à partir de l’an prochain, on souhaite prendre nos marques au niveau sportif. Nous allons commencer à nous équiper pour approcher les compétitions de niveau national. Les champions actuels de Kayak-polo sont à La Réunion, nous allons tenter de nouer des liens avec eux», explique Farkour. Au mois de mars, 8 jeunes mahorais du comité partiront à La Réunion à la rencontre des clubs et des structures du canoé-kayak de l’île.

Canoe kayak sur Petite TerreD’autres liens sont également en train de se nouer avec l’UNSS , le sport scolaire, pour des échanges entre les deux structures. Bref, tous ces projets se résument dans la volonté du comité de devenir «le plus dynamique de Mayotte», pour développer un sport qui favorise un lien avec le lagon, cet environnement que beaucoup de Mahorais sont encore réticents à approcher.
RR
Le Journal de Mayotte

*Pour contacter le comité, appeler le 0639.10.20.20

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139129
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139129
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139129
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.

Les outre-mer dans la Constitution : « changer de paradigme ultramarin est une nécessité...

139129
Pour nourrir le débat sur la place des outre-mer dans la Constitution, la délégation sénatoriale aux outre-mer a organisé en juin dernier une réunion conjointe avec l’Association des juristes en droit des outre-mer. L’objectif, esquisser des pistes de réflexion pour refonder les articles 73 et 74 de la Constitution au regard des réalités des territoires ultra-marins.

Les députés de l’île en première ligne pour défendre Mayotte et les outre-mer

139129
Estelle Youssouffa et Mansour Kamardine semblent ne pas avoir démérité depuis ce début de semaine dans l’hémicycle. Si la première a été élue en début de semaine vice-présidente de la délégation aux outre-mer de l’Assemblée nationale, le second a eu un amendement voté en son nom prévoyant une enveloppe de 15 millions d’euros pour « renforcer les aides alimentaires en Outre-mer ».
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com