26.9 C
Dzaoudzi
mercredi 10 août 2022
AccueilSociétéLe général de la gendarmerie confronté aux réalités mahoraises

Le général de la gendarmerie confronté aux réalités mahoraises

Interception de kwassas, jeunesse de la délinquance, problématiques territoriales, le général Bertrand Soubelet, commandant la gendarmerie Outre-mer est venu sur le terrain mahorais. Quelques jours pour comprendre les spécificités de notre département.

Le général de corps d'armée Soubelet et le colonel Gouvart, commandant la gendarmerie à Mayotte
Le général de corps d’armée Soubelet et le colonel Gouvart, commandant la gendarmerie à Mayotte

«On est au seuil de l’acceptable.» Voilà comment le général de corps d’armée Bertrand Soubelet analyse la situation la situation de la gendarmerie dans notre département. Commandant de l’ensemble des Outre-mer, il poursuivait cette semaine à Mayotte sa tournée des différents territoires dont il a la responsabilité, après s’être rendu en Nouvelle-Calédonie et en Guyane.

Vendredi soir, il recevait la presse avant de repartir, ce dimanche, pour la métropole. Il a confirmé les premières annonces faites dans la semaine à Mtsamboro. Pour une brigade à Koungou, le dossier avance même si aucune date n’est encore arrêtée. Actuellement, la brigade installée à Mamoudzou doit se répartir entre Dembéni et Koungou, 2e ville de Mayotte avec des problématiques de sécurité importantes à gérer. Il a également confirmé les projets «immobiliers visant à rassembler les personnels de Sada sur un même site.

Sécurité et immigration, deux enjeux spécifiques

Le général, dont la parole s’affranchit volontiers d’un certain conformisme, est évidemment revenu sur les deux enjeux auxquels doivent faire face les forces de gendarmeries à Mayotte : tout d’abord, la «sécurité publique générale», même si «on parle de chiffres qui sont sans commune mesure avec la métropole». Le général Soubelet reconnaît une augmentation des vols avec violence, «un indicateur sur lequel on doit agir».

Revue des troupes à Mtsamboro ce jeudi 4 décembre
Revue des troupes à Mtsamboro ce jeudi 4 décembre

Deuxième enjeu particuliers à Mayotte, la lutte contre l’immigration clandestine. Le général a assisté vendredi matin à l’interception de deux kwassas. «Ca m’a humainement beaucoup touché. C’est très compliqué. J’ai vu les difficultés pour les personnels. Ce n’est facile pour personne, ni pour les personnels, ni pour ceux qui choisissent de quitter leur pays.»

Recrutement locaux et retour au pays

Mayotte, «au seuil de l’acceptable», il va donc falloir «renforcer (le département) avec des gendarmes locaux» qui maitrisent la langue. Il annonce vouloir lancer un recrutement localement pour des gendarmes adjoints volontaires dont certains pourraient ensuite être préparés à différents concours… mais il ne faut pas s’attendre à une vague de création de postes : le général n’annonce, en effet, que «100 personnels nouveaux par an à l’échelle nationale»… «et les Outre-mer ne sont pas toujours la préoccupation de la métropole», reconnaît-il.

En plus de ces recrutements, le général Soubelet indique lancer «sur l’ensemble des Outre-mer», une politique de retour au pays pour les gendarmes qui exercerait en métropole ou ailleurs. Une façon, avec «un budget contraint» de mobiliser de nouvelles énergies dans des territoires qui en ont besoin.

Gendarmes fouleJeunes délinquants : la gendarmerie «sans interlocuteur»

Si la gendarmerie emploie 4.000 personnes Outre-mer, il semble difficile d’apprendre les uns des autres à l’échelle ultramarine. «La mise en commun de bonnes pratiques» n’a pas toujours de sens tant les formes de délinquances et les réalités sociales sont différentes d’un territoire à l’autre.
Ainsi, dans notre département, la particularité est la jeunesse des délinquants, «souvent âgés entre 10 et 13 ans», des mineurs qui représentent plus de 50% de certains actes délictuels. «Quelle réponse collective apporter à cette situation ? Nous, gendarmes, n’avons pas d’interlocuteurs. En métropole, dans les autres DOM, il y a des structures associatives de prévention et d’accompagnement des mineurs. Ici, ça n’existe pas.»

Pas de formation à la culture locale

Enfin, le général a été interrogé sur l’affaire «de la tête de cochon», qui a secoué la gendarmerie cette année. Il a mis en garde sur la tentation de généralisation. Rappelant que les mise en cause ont été lourdement sanctionné en interne, il indiquait qu’on «ne peut pas faire porter la responsabilité de comportements individuels sur l’ensemble d’une institution.» Quant à l’idée d’une journée de sensibilisation de nouveaux personnels arrivant de l’extérieur aux spécificités de la culture locale, il n’en a «pas ressenti la nécessité.»
RR
Le Journal de Mayotte

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Coupures d’électricité à Hagnoudrou ce jeudi 11 août de 8 h...

139137
Dans le cadre de travaux d'entretien, Electricité de Mayotte (EDM) fait savoir dans un communiqué que des coupures sont prévues le jeudi 11 août...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Visite ministérielle : de grands enjeux en perspective

139137
Dans le cadre de la visite du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre délégué aux Outre-mer, Jean-François Carenco, prévue la semaine du 22 août prochain, les séances de travail se sont multipliées à Paris la semaine dernière. Ainsi, le 5 août, le président du Conseil départemental, Ben Issa Ousseni a été reçu par Jean-François Carenco. La veille, la parlementaire Estelle Youssouffa s’était entretenue avec Gérald Darmanin.

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139137
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139137
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139137
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.

Les outre-mer dans la Constitution : « changer de paradigme ultramarin est une nécessité...

139137
Pour nourrir le débat sur la place des outre-mer dans la Constitution, la délégation sénatoriale aux outre-mer a organisé en juin dernier une réunion conjointe avec l’Association des juristes en droit des outre-mer. L’objectif, esquisser des pistes de réflexion pour refonder les articles 73 et 74 de la Constitution au regard des réalités des territoires ultra-marins.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com