Continuité territoriale contre BSMA, la région Réunion joue perso

0
100

Déshabiller le BSMA pour habiller la continuité territoriale, l’amendement du président de région Didier Robert au budget Outre-mer est contré par la ministre Pau-Langevin. Surtout qu’il y a possible conflit d’intérêts…

Le sénateur Thani Mohamed Soilihi
Le sénateur Thani Mohamed Soilihi

Thani Mohamed-Soilihi, a été désigné rapporteur pour avis de la Commission des lois. S’il s’est appliqué comme nous l’avions rapporté à dénoncer la complexité de la législation à appliquer en Outre-mer, et a félicité la ministre Pau Langevin pour un budget de 807 millions d’euros consacré à Mayotte, en hausse de 3,2%, il a profité de son allocution pour critiquer la position prise par Didier Robert : le sénateur UMP, et président de la région Réunion, a déposé un amendement en faveur de la continuité territoriale.

Depuis l’annonce de la ministre des Outre-mer de restriction à tous les 3 ans des aides LADOM sur le billet pour la métropole afin d’économiser 11 millions d’euros, le président du Conseil régional de La Réunion en a fait une affaire personnelle. La ministre touchait là une de ses promesses de campagne : si l’Etat a versé 14 millions d’euros pour les bons émis cette année, la région Réunion en a débloqué 38 millions.

L’île de beauté privilégiée

Là où à La Réunion, la moitié de la population bénéficie de la continuité territoriale, ils ne sont que 3% à Mayotte, tarifs prohibitifs de l’aérien obligent : le particulier doit en effet compléter l’aide simple de 270 euros, ou majorée de 440 euros, proposées par l’Etat.

Du côté de La Réunion, Didier Robert crie depuis à la trahison, rappelant les difficultés pour les habitants des territoire ultramarins de se rendre en métropole, et comparant à l’aide constante dont bénéficie la Corse qui a obtenu 182 millions d’euros en 2012.

Après avoir menacé de faire payer des loyers à l’Etat sur des logements de fonction appartenant à la région Réunion, il vient donc de déposer un amendement sur le budget Outre-mer visant à amputer de 40% les crédits du Service Militaire Adapté (SMA), « sacrifiant ainsi en partie la formation et l’insertion professionnelle pour financer le rétablissement d’une partie du dispositif de continuité territoriale », déplore Thani Mohamed Soilihi.

Intérêts personnels…Avion air austral

La ministre des Outre-mer était déjà montée au créneau, dénonçant une mesure qui profite aux ménages aux revenus médians, et non au plus défavorisés.

George Pau-Langevin réitère dans un communiqué en déplorant le déséquilibre profond du budget induit par cet amendement, sur lequel elle a donc émis un avis défavorable, et porte le combat sur le plan politique en faisant part de sa « totale incompréhension quant à ce choix assumé par les groupes UMP et UDI de sacrifier une part des crédits dédiés à la formation et à l’insertion professionnelle des jeunes pour financer le rétablissement d’une partie du dispositif de continuité territoriale dont il est établi qu’elle bénéficie majoritairement à des familles aisées ».

Un combat qui n’est pas forcément politique justement, car il faut signaler que ce frein à la continuité territoriale ne pouvait laisser Didier Robert indifférent : il est également président de la Sematra, actionnaire principal d’Air Austral, en bonne place pour bénéficier de cette aide au voyage…

Comme le signalait la ministre, il est peu probable que l’amendement soit retenu dans la version finale, « l’Assemblée nationale, à majorité de gauche, votera naturellement le rétablissement des crédits de la mission Outre-mer conformément à l’équilibre proposé initialement et annulera cet amendement anti SMA soutenu par la droite ».

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here