Un 2e centre de dialyse dans le sud: la santé privée poursuit son déploiement

0
277

Le groupe de santé privé réunionnais Clinifutur ouvre un 2e centre de dialyse à Mramadoudou. Pour les patients, c’est plus de proximité. Quant au groupe, il poursuit son installation durable à Mayotte.

Jeanne Loyher directrice régionale des sociétés de dialyse de Clinifutur coupe le ruban.A sa gauche, Philippe Leycuras (SGAR), Juliette Corré (ARS) et Etienne Morel (CHM). A sa droite, Aimery et Michel Deleflie de Clinifutur
Jeanne Loyher directrice régionale des sociétés de dialyse de Clinifutur coupe le ruban. A gauche, Philippe Leycuras (SGAR), Juliette Corré (ARS) et Etienne Morel (CHM). A droite, Aimery et Michel Deleflie de Clinifutur

Ce n’est encore qu’un chantier de construction modulaire. Ce vendredi matin, les ouvriers ont interrompu les travaux et rapidement passé un coup de balai pour laisser la place à une cérémonie officielle : le coup d’envoi du 2e centre de dialyse de Mayotte. C’est au mois de mars que les premiers patients du sud pourront venir à Mramadoudou, trois fois par semaine, effectuer leur dialyse.

Comme le centre qui fonctionne depuis plus de 2 ans dans les locaux de l’hôpital à Mamoudzou*, le centre du sud s’est installé dans l’enceinte du CHM mais il s’agit d’une structure privée qui dépend du groupe de santé réunionnais Clinifutur. «Après la phase de lancement à Mamoudzou, la demande a été multipliée par 2 voire par 3. Et comme un bon tiers de nos patients viennent du sud, cette ouverture leur permet d’éviter de se déplacer vers Mamoudzou», explique Jeanne Loyher, la directrice régionale des sociétés de dialyse de Clinifutur.

L'ouverture du centre de dialyse de Mramadoudou est prévue en mars
L’ouverture du centre de dialyse de Mramadoudou est prévue en mars

Proximité et compémentarité

Cette logique de proximité a été saluée par l’ensemble des acteurs institutionnels venus célébrer ce chantier. «Lorsque nous avons vu arriver ce PPP, partenariat public privé, nous n’avons pas hésité à vous aider, rappelle le SGAR, Philippe Leycuras. Ce n’est plus le patient qui vient à son traitement, c’est le traitement qui se rapproche du patient.»

Même satisfaction, pour Juliette Corré, la directrice de l’antenne mahoraise de l’Agence régionale de santé (ARS). Pour elle, ce nouveau centre «ne comble pas tous les retards de Mayotte mais participe à l’avancée, pas à pas, de système de santé» dans le département.
Cette installation de la structure privée se fait en bonne intelligence avec le CHM, comme en témoigne la présence d’Etienne Morel, le directeur du CHM. «Tout le monde à sa place et les complémentarités sont évidentes», rappelait Juliette Corré.

Le choix du modulaire pour le nouveau centre de dialyse
Le choix du modulaire pour le nouveau centre de dialyse

Un 3e centre prévu sur Petite Terre

Actuellement, 84 patients sont pris en charge par le centre de dialyse à Mayotte. Comme prévu, une trentaine de Mahorais sont rentrés de La Réunion où ils étaient auparavant obligés de partir pour suivre leur traitement. Désormais tous les nouveaux patients dialysés sont pris en charge en terre mahoraise.

Dans les années à venir, un 3e centre de dialyse pourrait ouvrir ses portes sur Petite Terre. Clinifutur estime à 400 le nombre de patients qui pourraient alors être pris en charge. Une fois ce déploiement achevé, le groupe affirme que 80 emplois auront été créés, médicaux, logistiques et administratifs.

Une longue histoire et de nombreuses perspectives

Le groupe Clinifutur poursuit avec cette nouvelle ouverture son expansion dans notre région. «Dans l’océan Indien, nous avons réalisé la première dialyse en 1980, la première greffe rénale en 1982 et avant cela, la première radiothérapie en 1972 ou la première friboscopie en 1971», rappelait Michel Deleflie, le PDG de Clinifutur, patriarche d’un groupe ambitieux.
Son fils, Aimery Deleflie se disait fier lui aussi, ce vendredi matin, de participer au développement de l’offre de soin à Mayotte. Le groupe gère désormais 18 établissements de santé dans l’océan Indien.

Michel et Aimery Deleflie du groupe Clinifutur venus pour le lancement officiel du nouveau centre
Michel et Aimery Deleflie du groupe Clinifutur venus pour le lancement officiel du nouveau centre

En plus de La Réunion et de Mayotte, le groupe est présent à Madagascar avec un centre de diagnostic, à Maurice pour de la rééducation cardiaque et il vise désormais l’Afrique continentale. Clinifutur vient d’ouvrir une clinique de 240 lits au Tchad.

A Mayotte, l’expérience acquise avec la dialyse permettra au groupe de se positionner durablement comme l’acteur privé majeur du secteur de la santé. Michel Deleflie confiait d’ailleurs au JDM que dans les années à venir, son groupe pourrait s’investir dans des spécialités comme l’ophtalmologie, l’ORL ou l’orthopédie dans notre département. Ce n’est donc que le début d’une longue aventure.
RR
remi@lejournaldemayotte.com

*Le groupe organise une journée portes ouvertes de son centre de dialyse à Mamoudzou dans ses locaux situés au CHM ce dimanche

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here