27.9 C
Dzaoudzi
mercredi 8 décembre 2021
AccueilSociétéPour que certains ne soient pas plus égaux que d’autres…

Pour que certains ne soient pas plus égaux que d’autres…

La Délégation au droit des femmes de la préfecture et le vice-rectorat ont profité de la Journée des droits des enfants pour proposer des conférences débat sur l’égalité filles-garçons à l’école. Des pépites en sont sorties !

Omar, une sage-femme bien dans sa peau
Omar, une sage-femme bien dans sa peau

Avec les invités présents à la matinale d’information sur les métiers soumis à stéréotype et sur le sport, on était loin du débat de la fameuse « théorie du genre » qui fait polémique en métropole, mais plutôt au plus prés des préoccupations des élèves, de la primaire au lycée, présents au cinéma Alpa Joe : des gendarmes conjuguées au féminin, un homme sage-femme, une femme chef d’entreprise, un assistant social tout avait été fait pour interpeller et lever les idées reçues.

C’est Hervé Curat, représentant régional de l’Union Nationale du Sport Scolaire (UNSS), qui ouvrait le bal avec une statistique : « 40% des sportifs seulement sont des filles chez nous, c’est pire ailleurs!»

Pourquoi ? La question était justement posée aux jeunes présents : « pendant qu’on rentre à la maison pour aider nos mères, les garçons tapent dans le ballon », avançait l’une, « ils ont davantage besoin de se défouler, nous sommes plus calmes », indiquait l’autre, « nous avons peur d’être ridicules face aux garçons, notamment au foot », tranchait cette jeune collégienne. Une crainte qui se retrouve souvent dans la vie professionnelle.

En ce qui concerne son secteur qu’est le sport, le président de l’UNSS rappelait que les pratiques sportives, ne s’étaient réellement ouvertes aux filles que depuis les années 70 en France, et ne proposaient qu’un panel réduit, « gym, danse ou équitation pour les filles », et surtout, étaient peu ou mal médiatisées, «  le rugby féminin a vraiment trouvé son public avec la coupe du monde de rugby ».

« Le militaire n’a pas de sexe »

"On a peur d'être ridicule face aux garçons"
Les filles avouaient avoir peur d’être ridicule face aux garçons

Le monde professionnel est un peu à cette image, et c’est bien ce qu’ont voulu casser les organisateurs en proposant à des femmes gendarmes de parler de leur parcours, « on entre sur concours, donc uniquement sur nos compétences », de leurs difficultés aussi sur lesquelles Elisabeth s’exprimait volontiers, « il n’y a encore 40 ans, il n’y avait que des gendarmes-hommes et nous avons du faire face à beaucoup de machisme au départ, mais maintenant nous avons un slogan ‘nous sommes militaires, et le militaire n’a pas de sexe ! », provoquant l’hilarité dans la salle, mais le message était passé.

Pour sa consoeur mahoraise, les défis étaient encore supérieurs, « tu es sûre qu’en tant que femme tu as le droit de travailler ? », lui avait lancé sa maman, avant qu’elle ne fasse elle-même ses recherches sur internet et intègre la gendarmerie.

C’est exactement la même défiance à laquelle Omar a du faire face. Même en pire : « en 3ème année de sage-femme, mes parents ne savaient toujours pas quelles études je suivais. C’est une belle sœur qui a lâché le morceau. Ma mère l’a mal pris, son fils sage-femme ! Mais maintenant ça va». Ses difficultés sont davantage liées à la culture, « certaines femmes refusent quand elles envisage que moi, un homme, puisse les aider à accoucher», mais s’étonne « et pourtant les gynécologues sont presque tous des hommes ».

La guerre des sexes n’aura pas lieu

Farah, chef d'entreprise et Sylvain, l'assistant social
Farah, chef d’entreprise et Sylvain, l’assistant social

Même combat pour Sylvain, qui a abandonné sa carrière après son bac pro d’électricien avec mention pour partir en école d’assistant social, « sur 77, nous étions 3 garçons ».

Chafion Madi, animateur sur Mayotte 1ère radio, se souvenait de sa petite enfance, et des épilation de riz et écaillage de poisson « tout ça avant d’aller à l’école le matin. Il n’y a pas de tâche dévolues aux filles plus qu’aux garçons ».

Et les tâches ardues, Farah Fafidhou connaît : elle travaille dès 16 ans pour financer ses études en DEUG de maths appliquées à Paris, suit des études de gestion. Si elle est souvent invitée dans les forums, c’est qu’elle est l’exemple d’une réussite individuelle, « j’ai toujours voulu être indépendante, sans patron », et familiale, « c’est ma sœur Nadine, ingénieur en bâtiment, qui a incité à créer notre entreprise et le cabinet d’étude ».

Une valeur ajoutée l’un  pour l’autre

Le liant, c’est une intervenante dans la salle qui le fera : « la femme a souvent peur de se faire écraser par l’homme, et l’homme de se faire dépasser par la femme. Pourtant, nous sommes une valeur ajoutée l’un pour l’autre ».

Hervé Curat, "un programme spécial fille à l'UNSS"
Hervé Curat, “un programme spécial fille à l’UNSS”

A l’issue de la journée une Convention a été signée entre le vice-rectorat et la Préfecture pour garantir une égalité fille-garçon à l’école. « Il en découlera des actions de formation du personnel enseignant et une sensibilisation des élèves », indique Moinaecha Noera Mohamed, déléguée au droit de la femme à la préfecture de Mayotte.

Un garçon lâchait, « les filles sont plus fragiles, c’est vrai, mais faut pas exagérer ! »

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Maytotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

2 Commentaires

  1. 867253 725908This design is incredible! You definitely know how to keep a reader entertained. Between your wit and your videos, I was almost moved to start my own blog (well, almost…HaHa!) Excellent job. I really enjoyed what you had to say, and more than that, how you presented it. Too cool! 101961

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

COMMUNE DE CHICONI (976)

0
ORGANISME ACHETEUR : Commune de Chiconi (976) Contact : Youssfou MADJINDA, 1 place de la Mairie, 97670 Chiconi, FRANCE. Tél. +33 269648411.Fax +33 269623049.Courriel : youssfou.madjinda@villedechiconi.fr. URL...

VILLE DE MTSANGAMOUJI (976)

VILLE DE KOUNGOU (976)

AVIS

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.