Les « Coups de théâtre » des jeunes à la télé

0
81

Ne pas « victimiser », mais agir sur sa propre vie, c’est ce que nous apprend le film « Coups de théâtre » sur les jeunes de l’île, qui sera diffusé ce soir à 20h55 sur Mayotte 1ère.

Le réalisateur Pascal Helleu, Christophe Vénien le délégué du Secours Catholique et Daniel Brichot, Céméa
Le réalisateur Pascal Helleu, Christophe Vénien le délégué du Secours Catholique et Daniel Brichot, Céméa

Il donne la parole aux jeunes déscolarisés du centre Nyamba de Caritas France-Secours Catholique, à travers le travail qu’ils ont fourni au sein leur troupe de théâtre. Ils vivent en marge de la société, mais au delà de leur préoccupation alimentaire quotidienne, ces garçons et filles de tous horizons ont la volonté de se remettre en question et de chercher leur place dans la société.

Mahoraise, Nassabia a quitté l’école à 12 ans et a vécu avec sa mère jusqu’à ses 17 ans, jusqu’à ce que son beau-père ne veuille plus d’elle à la maison, « j’avais pourtant envie d’école » déclare-t-elle à la caméra. Elle a depuis bien progressé puisqu’elle rédige des lettres et s’exprime sans difficulté… malgré une caméra bien intimidante.

Ces jeunes, et le documentaire s’en fait l’écho, ont connu un drame : la mort de l’un des leur, poignardé au sein du lycée Younoussa Bamana, il y a deux ans.

Le film est le fruit de plusieurs acteurs en dehors de Caritas France. Il a été tourné par l’association Sanaamou, créée en 2004 qui a pour but l’accompagnement éducatif, la formation et la création dans le domaine de l’audiovisuel en favorisant notamment l’insertion professionnelle des jeunes dans ces métiers et l’éducation à l’image.

Un miroir pour tous

Macland Mikidadi, monteur du film
Macland Mikidadi, monteur du film

Et ce sont les Céméa qui ont donné l’impulsion au projet. Ses membres agissent en complémentarité de l’école, avec les parents et tous les adultes qui ont une responsabilité partagée pour accompagner les enfants et les jeunes dans leur parcours de vie vers l’autonomie et l’épanouissement.

Confrontés à la violence qu’ils vivent au quotidien et persuadés que cet état de fait n’est pas une fatalité mais qu’il faille réinventer un vivre-ensemble en commun, l’idée de ce projet théâtre est de donner la parole à des jeunes déscolarisés tout en leur permettant de grandir en développement des facettes de leur talent et d’être acteur à part entière de leur vie malgré les difficultés de leurs parcours personnels

Ce documentaire est diffusé ce soir sur la chaine Mayotte 1ère dont le directeur d’Antenne Gérard Guillaume a été immédiatement partant : « il est un miroir indispensable à la construction de chacun ».

Un témoignage qui peut encourager d’autres jeunes à être acteur de leur propre avenir.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here