25.9 C
Dzaoudzi
mardi 30 novembre 2021
AccueilSociétéRadicalisation de l’islam : instruire pour ne pas faiblir

Radicalisation de l’islam : instruire pour ne pas faiblir

Entre l’insouciance des uns et la peur des autres, une radicalisation de l’islam est-elle possible à Mayotte ? L’adjoint du Grand Cadi, Mohamed Nassur El Mamouni nous livre son avis.

Prières
Prières lors d’un procès devant le tribunal

Les médias locaux reflètent depuis quelques semaines la peur de chacun devant le fondamentalisme religieux.

« C’est un islam traditionnel basé sur la tolérance des différences qui a jusqu’ici guidé la société mahoraise », affiche Mohamed Nassur El Mamouni, adjoint du Grand cadi et chargé de l’avenir de la justice cadiale à Mayotte.

La départementalisation de ce territoire que l’on a l’habitude de configurer comme étant à 95% musulman, a bouleversé la donne. C’est en effet une première en France, et l’application brutale du droit commun a laissé la société comme sonnée. « Avec l’abandon des cadis, nous n’avons plus de régulation et de maintien de ce cap de tolérance qui doit prévenir toute radicalisation ».

Pour Mohamed Nassur El Mamouni, plusieurs éléments sont à prendre en compte si on veut éviter de faire de l’angélisme : « la toile, internet, qui véhicule beaucoup de choses, et l’absence récente de maitrise des enfants par les parents, autant d’espaces qui peuvent être exploités par des acteurs favorables à la radicalisation ».

Et pour cela, il faut commencer par informer selon lui. « Expliquer que le jihad, ça n’est pas planter un couteau dans le ventre de son ennemi, mais c’est au contraire la recherche du bien-être de la société. Une sourate entière évoque Dieu montrant que la sciences est un véritable guide, le savoir est primordial ».

Interprétations du Coran

Mohamed Nassur El Mamouni
Mohamed Nassur El Mamouni

C’est ainsi que les madras et écoles coraniques doivent être vues comme des lieux de savoirs et rien d’autre, « il faut un programme d’enseignement pour orienter les enfants sans quoi on risque d’avoir du tout-venant à Mayotte ». Une population bien informée pour ne pas risquer de tomber dans les travers de la crédulité.

Il rejoint tout à fait le député Ibrahim Aboubacar sur sa proposition légale de créer une administration cadiale, « il nous faut des personnes en capacité d’enseigner. C’est le cas des cadis qui sont tous des universitaires, mais qui ont un problème, il ne maitrisent pas la langue française ».

De son côté, El Mamouni enseigne tous les jeudis auprès des oulémas (scientifiques), « et je n’ai pas perçu de tendance à la radicalisation auprès de ces jeunes », assure-t-il. Il sait que certains tentent de perturber la tradition mahoraise, « comme la proposition d’une autre date pour l’Ide, calquée non sur le sacrifice, mais sur La Mecque et son pèlerinage », mais ils ne sont pas nombreux, dit-il, « à peine une dizaine ».

Il en va de l’interprétation du Coran. « Par exemple, les fondamentalistes assènent que celui qui a tué doit être tué. Or, il est écrit dans le Coran que tout individu qui a commis un délit doit être jugé à la hauteur de son délit. Ils interprètent sans aller dans le sens de Dieu. Nous sommes à l’extérieur du champ religieux ».

Instruire pour ne pas laisser prise aux discours fondamentalistes, c’est le crédo de Mahamoud Nassur El Mamouni, qui est certain que c’est aussi le meilleur chemin pour aller vers le droit commun français.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

COI, Mayotte, Seychelles, Comores

Réunion a minima d’une partie des ambassadeurs de la région à...

0
L'ambition de cette rencontre sur la COI s'est réduite comme peau de chagrin au fur et à mesure des impératifs incontrôlables de ses protagonistes....
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan