25.9 C
Dzaoudzi
mercredi 1 décembre 2021
AccueilSociétéDemandeurs d’asile: une survie hors la loi

Demandeurs d’asile: une survie hors la loi

Un demandeur d’asile condamné pour vente à la sauvette demande au juge du Tribunal de Police un Travail d’Intérêt général, n’ayant pas les moyens financiers de payer son amende.

Les demandeurs d'asile manifestaient en février 2011
Les demandeurs d’asile manifestaient en février 2011

Ce lundi 13 octobre se tenait une audience du Tribunal de Police. C’est une juridiction qui doit juger les contraventions les moins graves comme du tapage nocturne, des coups et blessures légers, ou des contraventions de 5ème classe, les plus importantes, comme les violences volontaires qui impliquent des Interruption de Travail Temporaire (ITT).

Ce sont souvent des conflits du quotidien qui dégénèrent et qui donnent à la justice son rôle de médiateur. Tout au long de la matinée, les affaires sont jugées avec beaucoup d’attention pour les justiciables, les décisions longuement motivées par le juge Guillaume Bourin et par le procureur Michel Alik, une attitude respectueuse qui fait souvent défaut dans d’autres juridictions.

L’une des affaires amenait Kamissi* le Congolais à la barre. Il est accusé de vendre illégalement des sucettes pour enfants qu’il achète à 80 centimes « à des gens qui viennent au marché », et qu’il revend à 1 euro, « je les paie quand j’ai fait ma marge », explique-t-il.

Arrivé à Mayotte en 2009 en provenance de République Démocratique du Congo, l’homme demande l’asile. De toute évidence, son dossier est en réexamen auprès de l’Office Français des réfugiés et Apatrides (OFPRA). Il a obtenu un récépissé en août de la préfecture l’autorisant à demeurer sur le territoire.

La vente à la sauvette, « un moindre mal »

Les femmes leader protestaient contre les vendeurs à la sauvette en juin 2013
Les femmes leader protestaient contre les vendeurs à la sauvette en juin 2013

Il a déjà été condamné pour les mêmes faits de marché au noir et a accepté de payer l’amende. Ou plutôt, a signé des papiers où il s’y engageait : « je n’ai pas les moyens de payer. Je suis allé voir le Trésor public pour lui demander de faire plutôt un TIG (Travail d’Intérêt général, ndlr) parce que j’ai de la force, mais ils m’ont dit que ce n’était pas eux qui décidaient. Je ne savais pas trop comment contacter le procureur pour lui demander de m’ordonner à faire un TIG ! »

« Pourquoi n’avez vous pas demandé une autorisation de travailler », s’enquiert le juge Bourin. « J’ai demandé à la DTEFP (Direction du travail, Dieccte maintenant) il y a trois ans, mais il faut connaître un employeur ».

Il n’existe effectivement aucune source de revenu pour les demandeurs d’asile à Mayotte contrairement à la métropole où ils bénéficient de l’Allocation temporaire d’attente (ATA) et de l’Allocation mensuelle de subsistance (AMS). On se retrouve donc devant un paradoxe, des demandeurs qui ont le droit de demeurer sur un territoire sur lequel ils ne peuvent subsister. C’est pourquoi l’Etat les autorise depuis février 2011 à travailler, mais ce sont des démarches très complexes et que doivent entreprendre les employeurs.

« Je n’ai pas d’autre solution que la vente à la sauvette », explique Kamissi qui redemande à effectuer des TIG. « Nous avons d’un côté des personnes dans la nécessité, et de l’autre des commerçants qui paient une patente, sont déclarés et ont des salariés », résume le procureur Alik, « si on laisse tous les ressortissants africains rester sur le territoire dans ces conditions, on n’y arrivera pas !»

Le juge Bourin ne demande qu’une amende de 30 euros, « la vente à la sauvette étant un moindre mal pour des personnes qui n’ont pas de ressource », et élargira le débat, « l’Etat Français devrait prendre des règles appropriées pour prendre en charge de manière décente de ses demandeurs d’Asile ».

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

* Prénom d’emprunt

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Sea Shepherd, Naturalistes, Mayotte, tortues

Les Naturalistes recadrent Sea Shepherd sur la protection des tortues

0
Sea Shepherd mis au banc des accusés par l'association les Naturalistes sur la prétendue découverte d'un charnier de tortues marines sur leur bivouac, là où il ne s'agirait que de leur regroupement d'ossements à visée pédagogique illustrant le braconnage
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan