Koungou, commune branchée

0
107

Nuruni se déploie à Koungou. Le maire a décidé d’offrir aux habitants, et plus particulièrement aux jeunes, des relais wifi. Ils seront gratuits et présents dans chaque village.

Borne wifi coiffée d'un panneau photovoltaïque
Borne wifi coiffée d’un panneau photovoltaïque

Des bornes jaunes-orangées fleurissent à Koungou : ce sont des relais wifi mis à disposition par la mairie. Ils seront implantés dans les six villages de la commune. « Je voulais des points de rendez-vous pour occuper la jeunesse désœuvrée. La connexion sera gratuite, sans limitation de temps », explique le maire Hassani Saindou Bamcolo.

C’est le bureau d’études ETG qui a eu le marché. Implanté à Mayotte depuis 1998, ce bureaux d’Etude technique en voiries et réseaux divers installe actuellement les bornes et en précise les emplacements : « dans les deux Majicavo, à Trévani sous le faré, à Kangani, à Longoni–espace Scène », indique son directeur Jacques Soubirant.

Alimentés par énergie renouvelable

La 6ème borne doit être installée à Koungou, mais le terrain choisi en bordure de mer est sur le domaine public maritime, « nous l’installerons au quartier Langley, en contrebas de la mairie d’ici la fin de l’année ».

Une place de quartier Nuruni, éclairée et équipée de bornes wifi
Une place de quartier Nuruni, éclairée et équipée de bornes wifi

Ces bornes vont intégrer les fameuses Places Nuruni qui vont se déployer dans la commune et bientôt dans d’autres. Elles sont un totem vide dont les panneaux photovoltaïques installés par l’entreprise Sunzil de Tony Pistarino alimentent une batterie placée dans les petits logements en béton installées à proximité. Chaque espace sera éclairé avec des lampes LED, sauf à Majicavo Koropa proche du réseau électrique.

C’est un investissement de 60.000 euros pour la mairie de Koungou, « qui va même se monter à 75 000 euros car nous installerons probablement 2 bornes dans les plus gros villages », indique Mounirou Ahmed, en charge de l’aménagement.

Koungou est la première commune à mettre en place un tel service.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here