Quand l’humanitaire arrive de Paris

0
172
François Soulage (Secours Catholique), Olivier Lebel (Apprentis d'Auteuil), Patrick Scauflaire et Bernard Prévost (Médecins du Monde)

Ce sont des portes paroles de choix qu’ont invités trois grandes associations en faisant venir leurs présidents de Paris. C’est qu’il faut trouver en urgence des solutions pour les jeunes de Mayotte.

La délégation accueillie par les jeunes joueuses de mbiwi
La délégation accueillie par les jeunes joueuses de mbiwi

Médecins du Monde, le Secours Catholique et Apprentis d’Auteuil ont fait appel à leurs présidents nationaux respectifs pour interpeller l’Etat sur la jeunesse mahoraise. « Rappeler à la République ses engagements pour Mayotte », est un des points de la Mission Institutionnelle qui se met en place depuis ce lundi 9 juin.

C’est accueillie par les mbiwis des jeunes scolarisés au Secours Catholique et aux LEA d’Apprentis d’Auteuil que la délégation est arrivée dans la toute nouvelle aérogare de Pamandzi. François Soulage, président du Secours Catholique, Bernard Prévost, président d’Apprentis d’Auteuil, Olivier Lebel, directeur général de Médecins du Monde, étaient accompagnés de leurs équipes. Mais aussi du sénateur Felix Desplan, membre de la délégation sénatoriale à l’Outre-mer, de Bernard Lesterlin, député de l’Allier, et membre de la Commission des Lois, et d’Eustase JANCKY, membre du Conseil économique, social et environnemental.

La presse métropolitaine fait également partie du voyage puisque Béatrice Dugué, reporter à France Inter, Laurent Grzybowski journaliste à l’hebdomadaire La Vie et Marc Mahuzier grand reporter à Ouest France les accompagnent.

François Soulage (Secours Catholique), Olivier Lebel (Apprentis d'Auteuil), Patrick Scauflaire et Bernard Prévost (Médecins du Monde)
François Soulage (Secours Catholique), Olivier Lebel (Médecins du Monde), Patrick Scauflaire et Bernard Prévost (Apprentis d’Auteuil)

Au cours de la semaine, ils vont multiplier les rencontres, avec les institutionnels, les élus et les partenaires sociaux, et les découvertes d’un territoire qu’ils ne connaissent que par les informations que leur remontent leurs délégations locales respectives.

Ils pourront ainsi mettre en avant des initiatives déjà portées par le département, appeler à la coopération de toutes les parties prenantes afin de faire de la jeunesse mahoraise l’objet et le sujet d’un dialogue social.

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here