La dengue : la propagation s’accélère

0
94
L'Aedes albopictus qui véhicule la dengue et le chikungunya (Crédits photo : ARS OI)

Des cas isolés dans des villages, des foyers de transmission de la maladie très actifs, on pourrait s’approcher d’une véritable épidémie de dengue à Mayotte. Les consignes pour agir n’ont jamais été autant d’actualité.

Pulvérisation d'insecticide sur la côté Sogéa, le jeudi 27 mars. Les campagnes de démoustications se poursuivent
Pulvérisation d’insecticide sur la côte Sogéa, le jeudi 27 mars. Les campagnes de démoustications se poursuivent

47 nouveaux cas de dengue en une semaine, du 12 au 18 mai. Le record est battu et trois zones sont en première ligne. Tout d’abord Petite-Terre où 12 nouveaux patients ont été diagnostiqués à Dzaoudzi-Labattoir et 7 à Pamandzi. Suivent deux quartiers de Mamoudzou : Kawéni avec 11 cas et Mtsapéré avec 8 nouveaux patients. Et des cas isolés dans des villages jusqu’à présent épargnés ont été identifiés. C’est le cas à Hamouro, Poroani, Mroualé et Moinatrindi. La situation fait craindre à l’’agence régionale de Santé (ARS) une extension du virus pour ne pas dire une généralisation de la dengue à l’ensemble du département.

Pour limiter le risque d’évolution vers une épidémie généralisée, l’ARS continue de marteler ses recommandations à la population : se protéger contre les piqûres de moustiques (répulsifs, porter des vêtements couvrants dormir sous moustiquaire) et lutter contre la prolifération des moustiques. Il faut jeter toutes les eaux stagnantes qui sont dans un rayon de 50 mètres autour de votre habitation.

Consulter dès l’apparition des symptômes

Autre élément important pour éviter la propagation de la maladie : consulter dès l’irruption des symptômes : apparition brutale de fièvre, éventuellement associée à des maux de tête, douleurs musculaires, éruptions cutanées, nausées, vomissements, saignements ou fatigue. Dans ce cas, il faut également particulièrement se protéger des piqûres pour éviter de transmettre la maladie à son entourage.

L’Agence de santé fait feu de tout bois pour informer et continuer ses opérations de démoustication.
L’ARS a sollicité l’appui des représentants religieux (cadis, fundis, et imams) pour relayer les messages de prévention auprès de la population. Ainsi, des opérations de sensibilisation sont organisées dans les mosquées.
Depuis le début de l’année, 193 cas ont été détectés à Mayotte.
RR
Le Journal de Mayotte

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here