30.9 C
Dzaoudzi
vendredi 21 janvier 2022
AccueilPolitiqueCe que l'ordonnance sur les étrangers va changer à Mayotte

Ce que l’ordonnance sur les étrangers va changer à Mayotte

Zone d’attente, Observatoire de l’Immigration, regroupement familial… autant de nouveautés qui seront applicables sur le territoire dès le 26 de ce mois.

Kwassa marine nationaleLe Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (Ceseda) est applicable à Mayotte dès ce mois-ci, comme l’avait préconisé le conseiller d’Etat Alain Christnacht dans son rapport remis à la suite de sa visite dans l’île en 2012.

Il y avait trouvé une situation inextricable entre l’Union des Comores qui entretient un trafic de bateaux kwassas kwassas en provenance d’Anjouan (70 km de Mayotte), Mayotte noyée sous le poids de 40% de cette population en situation irrégulière qui ne peut travailler, et pourtant toujours attirée vers une île dont le niveau de vie augmente.

L’ordonnance rendue par le ministère de l’Intérieur la semaine dernière prévoit d’intégrer à Mayotte le droit européen mais soumis à exceptions, comme en Guyane et Saint Martin, «pour tenir compte de la pression migratoire pesant sur l’île» : pas de régularisation exceptionnelle alors qu’en Métropole, un étranger présent irrégulièrement en situation d’emploi déclaré est régularisable, les cartes de séjour d’un an ne seront valables qu’à Mayotte et le recours contre une décision d’expulsion ne la suspend pas. Enfin, quatre articles de l’ordonnance maintiennent Mayotte hors de l’espace Schengen.

Jusqu’à présent, c’est une ordonnance d’avril 2000 qui s’appliquait à Mayotte en matière d’immigration. Désormais, plusieurs évolutions font avancer le droit des étrangers.

Tout d’abord, la législation européenne en matière d’immigration légale est immédiatement transposée : cela concerne l’asile et le séjour. Le regroupement familial notamment sera possible dès le 26 mai, date d’application du Ceseda à Mayotte, avec les mêmes conditions qu’en métropole pour la personne demandeuse : entrée légale sur le territoire, emploi déclaré, carte de séjour et logement. L’octroi d’un visa en Union des Comores permettra d’obtenir un titre de séjour de 10 ans à Mayotte.

Pas d’entrée sur le territoire

Les conclusions d'Alain Christnacht étaient très attendues à la suite de son passage à Mayotte en 2012
Les conclusions d’Alain Christnacht étaient très attendues à la suite de son passage à Mayotte en 2012

Si les recours sont non suspensifs, le Conseil d’Etat demande néanmoins à la préfecture de Mayotte de purger, «avec intelligence», les demandes d’annulation de décision d’expulsion en cours.

Une zone d’attente sera mise en place dans les procédures de reconduite. Aujourd’hui, les étrangers interceptés par la mer sont considérés comme en séjour irrégulier et font l’objet de procédure d’éloignement. Avec la zone d’attente, il n’y aura pas d’entrée sur le territoire. C’est le Centre de Rétention Administrative (CRA) qui remplira cet office au début, mais les services de l’Etat ont 5 ans pour organiser une vraie zone d’attente, juridiquement différente du CRA. Cette évolution implique la désignation d’un mandataire ad hoc pour les mineurs.

Un travail étroit sera donc poursuivi avec les associations d’autant plus qu’un Observatoire de l’Immigration verra le jour, le préfet ayant 6 mois à partir de l’application du Ceseda pour le faire.

La visioconférence pourra être utilisée lors de commissions d’expulsion, ce qui évitera le déplacement de magistrats depuis la Métropole. Une évolution qui n’est forcément synonyme d’avancée, la qualité de la visio laissant encore à désirer à Mayotte, et l’implantation d’antennes d’institutions comme l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides) ou la CNDA (Cour nationale du Droit d’Asile) étant bien plus bénéfique.

Une évolution vers le droit commun à la fois molle et moins permissive selon les domaines, mais qui ancre le territoire dans une norme : si elle n’entre pas dans un champ dérogatoire, toute évolution nationale ultérieure au 26 mai 2014 s’appliquera d’office.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Conseil des prud’hommes, les présidents élus, “le bateau peut partir”

139528
C'est une première à Mayotte, le conseil des Prud'hommes remplacera dès février le tribunal du travail. Les conseillers ont fini leur formation et élu leurs présidents ce jeudi, avec un certain équilibre entre employeurs et employés qui augure la poursuite du travail dans des conditions sereines.
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
RUP, Sébastien Lecornu, Mayotte, Schengen

Révision de Schengen et de la politique des RUP : « Mayotte a une carte à...

139528
Une nouvelle stratégie à l’égard des Régions Ultrapériphérique de L’Europe, dont Mayotte, est en cours d’élaboration par la Commission européenne qui la finalisera en mai 2022. Chacun était prié de défendre sa position au sein d’une stratégie commune
Projet de loi Mayotte, Sébastien Lecornu, Mayotte

Projet de loi Mayotte : le sujet se politise de plus en plus

139528
Le timing aidant avec des élections présidentielles qui se rapprochent, réduisant peu à peu le nombre de conseils des ministres susceptibles de l’examiner, le projet de loi Mayotte entame sa 2ème semaine de feuilleton du « je t’aime, moi non plus »
Mayotte, LR

Législatives : Issihaka Abdillah confirmé comme candidat LR

139528
Les candidats commencent à se mettre en ordre de marche pour les prochaines législatives qui se tiendront les dimanches 12 et 19 juin 2022. Les LR ont investi au niveau national deux candidats sur...
Mayotte, projet de loi

Projet de loi Mayotte : les maires et trois parlementaires cherchent un consensus

139528
Ils essaient de sauver les meubles. Les élus locaux et trois parlementaires appellent d’un côté le gouvernement à s’engager sur un calendrier, et de l’autre, les élus départementaux à réexaminer le projet de loi à la lumière des 85 propositions envoyées par le gouvernement. « C’est une opportunité unique pour Mayotte », clament-ils
Projet de loi, CESEM, Sébastien Lecornu, Mayotte

Le projet de loi organique a-t-il une nouvelle fois tué celui sur le développement...

139528
Deux projets de loi, l’un plombant l’autre, et un mail tardif sur 85 propositions pour développer Mayotte qui tombe la veille des débats du conseil départemental, ont jeté le trouble sur une loi pensée pour développer Mayotte. Les trois-quarts des mesures sont malgré tout applicables en cas d'ajournement du texte par le gouvernement
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com