Hôpital : une feuille de route pour cinq ans

0
156

Des projets comme s’il en pleuvait. Le centre hospitalier de Mayotte (CHM) et l’Agence régionale de santé (ARS) ont signé leur contrat d’objectifs et de moyens pour les cinq années à venir. Bilan et revue des ambitions.

Chantal de Singly (ARS) et Etienne Morel (CHM) signe le contrat d'objectif pour les cinq ans à venir
Chantal de Singly (ARS) et Etienne Morel (CHM) signe le contrat d’objectif pour les cinq ans à venir

Le CHM est la première structure hospitalière de l’Océan indien à boucler son CPOM, contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens. Il a été signé ce vendredi par l’ARS et le CHM et engage l’avenir de l’hôpital de Mayotte pour les cinq prochaines années. Il peut être présenté en cinq points.

Améliorer les connaissances.
Il s’agit de mieux cerner l’état de santé de la population et les besoins spécifiques à Mayotte. Chantal de Singly, la directrice de l’ARS Océan indien annonce d’ailleurs l’installation d’une équipe du service «études et statistiques» de l’ARS à demeure dans notre département dans les jours qui viennent.

Développer l’accès aux soins.
Recruter des spécialistes, Etienne Morel, le directeur du CHM, en rêve. L’objectif est de proposer des spécialités médicales encore peu ou pas présentes à Mayotte. Après l’arrivée d’un gastroentérologue et d’un pneumologue, le CHM voudrait recruter un cardiologue, un neurologue et un dermatologue qui complèteraient l’offre de soins. Alors que 160 postes de praticiens hospitaliers (PH) sont disponibles, seuls 65 d’entre eux sont occupés par des médecins à temps plein. Quelque 500 contractuels tournent pour occuper les postes. «Parvenir à dépasser les 100 PH installés en permanence à Mayotte serait déjà un bel objectif à atteindre», pour Etienne Morel.
Le partenariat avec le CHU de La Réunion devrait permettre également favoriser la présence de spécialistes en gynécologie, pédiatrie et chirurgie.

Du côté des services, la psychiatrie est «l’urgence absolue» pour le directeur du centre hospitalier. Le CHM réfléchit à construire un hôpital psychiatrique dans les années qui viennent. Une réserve foncière devrait être constituée durant les prochains mois.
La prise en charge des femmes enceinte est également au cœur du projet dans un hôpital où 6.700 naissances ont été enregistrées l’an dernier. La maternité va passer dans le courant de l’année à 71 lits. Les 51 lits de médecines, trop peu nombreux, pourraient également être augmentés. Les soins de suite et de rééducation (SSR) seront développés avec le nouvel hôpital de Petite Terre dont la construction a officiellement été présentée il y a quelques semaines.
La cancérologie devrait également se structurer, le dépistage du cancer du sein pourrait ainsi prendre de l’ampleur.

Améliorer l’accès aux soins.
Dispensaire à MayotteL’objectif est de revoir le fonctionnement et les missions des dispensaires. Mais attention, pas question de les fermer. «Je trouve que le système de santé est remarquablement organisé», souligne Etienne Morel, entre l’hôpital central, les hôpitaux de référence et les dispensaires. «On ne peut pas avoir des consultations tous les jours dans les dispensaires mais on veille à cette proximité des soins.»

Améliorer la qualité et la sécurité des soins.
«Les Mahorais attendent qu’on soit au top pour avoir des soins sûrs, on s’en donne les moyens», affirme Chantal de Singly. L’exemple mis en avant est le développement de la télémédecine qui devrait permettre une prise en charge plus rapide et plus efficace en particulier des accidents vasculaires cérébraux (AVC).
Un «SAMU centre 15» va également voir le jour.

Mais toutes ces ambitions devront être réalisées avec un budget stable, ce qui serait déjà une belle performance compte tenu de la situation des finances publiques. Le budget du CHM qui a connu une augmentation de 15% entre 2011 et 2013, avec 18 millions d’euros supplémentaires, devrait se stabiliser autour des 160 millions d’euros annuels.
RR

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here