30.9 C
Dzaoudzi
samedi 4 décembre 2021
AccueilslideCarnaval : le défilé en pleine préparation

Carnaval : le défilé en pleine préparation

Une vingtaine d’associations travaillent d’arrache-pied dans tout le département à la préparation du carnaval de ce dimanche à Mamoudzou. Le défilé est prévu à partir de 16 heures pour clôturer le 7e festival des arts traditionnels qui se tient pendant trois jours avec danses et expos au programme.

Répétition de "Super succès" à Tsingoni
Répétition de “Super succès” à Tsingoni

La nuit est tombée sur Tsingoni. Comme tous les soirs, les femmes de l’association «Super succès» se retrouvent pour répéter chants et danses des fesses. Mais depuis quelques jours, elles préparent aussi activement le carnaval de dimanche. Il y a d’abord les tenues.

«On va s’habiller dans les tenus traditionnelles que portaient nos grands-mères, explique Naria «Bisso Na Bisso» qui préside l’association. On a choisi un tissu qui s’appelle Hami et on va avoir des nambawan mais on ne sait pas encore si on les mettra sur la tête où si on les portera un peu négligemment. C’est un couturier qui travaille dessus en ce moment. On lui met la pression pour que tout soit prêt pour aujourd’hui qu’on puisse les essayer avant le jour J.»

Pour la coiffure, la quarantaine de femmes de Super Succès a prévu des coupes en pétard mais le plus gros du travail a été la chanson. «On a créé un chant spécialement pour le carnaval. Comme on est sur un thème autour de l’histoire et de l’esclavage, on est allé voir les anciens qui se souvenaient des histoires de leurs grands-parents pour nous raconter comment c’était à cette époque-là.»
Ces femmes vont donc chanter l’histoire d’Abou Bacari à qui portait les fitako et autres chaises-à-porteurs avec le Silsil (les chaînes) sur le dos. Mais c’est aussi l’histoire de son esclavagiste parti prendre des «leçons de pratique» dans les Caraïbes avant de revenir et de mal finir à Dzaoudzi. L’histoire, aussi dramatique à raconter soit-elle, est surtout l’occasion de grands éclats de rires pour maîtriser les paroles et surtout être sûre de «mettre l’ambiance».

7e festival des arts traditionnels

Le programme du FATMA 2014
Le programme du FATMA 2014

Ce carnaval est le point d’orgue de trois jours d’animations pour la 7ème édition du Festival des Arts traditionnels de Mayotte, un événement qui entre dans le cadre de la commémoration de l’abolition de l’esclavage du 25 au 27 avril 2014.

Organisé par la direction de l’ingénierie et de la logistique culturelle et événementielle du Conseil général, le festival a débuté vendredi 25 avec une exposition à l’office du tourisme sur les instruments traditionnels et d’objets artisanaux de Mayotte, mais aussi sur l’histoire de la navigation dans le canal de Mozambique. Samedi après-midi, Place de la République, les danses traditionnelles plutôt rares devraient se succéder : Ngoma ya nyombe (à 15h30), patrosi et Troumba (issus du culte des djinns des traditions sakalava) à partir de 19h30.

Pour ce dimanche, les membres des 20 associations qui travaillent au défilé de dimanche comme les femmes de Super Succès, promettent de s’amuser et de divertir tout le monde. Les carnavaliers ont rendez-vous à 15h30 Pointe Mahabou pour une parade qui doit débuter à 16 heures jusqu’à la Place de la République.

RR

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Nassuf Djaïlani, Mayotte

Quand la « morsure trop vive » de Nassuf Djaïlani enfante...

0
Le célèbre poète et romancier mahorais Nassuf Djaïlani était de passage sur son île natale récemment afin de présenter au public son nouveau roman : « Cette morsure trop vive ». Récit mettant en scène deux frères dans un Chiconi chimérique (« Chiconi-sur-Mer), ce roman mêlant des aspects à la fois sociologiques, psychologiques et historiques, est également une redoutable satire des injustices inhérentes au système post-colonial français à Mayotte
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.