Pourquoi Mayotte ne peut garder ses diplômés…

0
61

Le solde de la balance migratoire est négatif à Mayotte pour les Français, sous l’impulsion de jeunes cadres qui préfèrent quitter l’île. Vu le niveau de leurs droits, on les comprend…

Pôle emploi... une entrée que l'on ne voudrait jamais franchir
Pôle emploi… une entrée que l’on ne voudrait jamais franchir

Le Pôle emploi tenait mardi une conférence de presse au cours de laquelle on apprenait que sur les 8.500 demandeurs d’emploi inscrits, seuls 1% était diplômés. «Il y a de réelles opportunités pour les Mahorais diplômés en comptabilité ou en gestion».

Une étude citée par Yann Polard, le directeur territorial de Pôle emploi, a d’ailleurs prouvé que la rapidité de retour à l’emploi penchait largement en faveur des demandeurs d’emploi qualifié, «une tendance qui n’est plus vraie en métropole», indiquait lors du Conseil de Perfectionnement du BSMA un représentant du vice-rectorat.

Généralement pointée du doigt, l’attractivité du territoire n’est pourtant pas seule en cause. Alors qu’un nouveau régime d’assurance chômage négocié par les syndicats et le patronat devrait entrer en vigueur en Métropole au 1er juillet, à Mayotte, c’est l’immobilisme.

Indemnisations et retraites… des peaux de chagrin

«Il est vrai que depuis 2006, rien n’a changé», confie Yann Polard. Le plafond de calcul de l’indemnisation chômage est de nouveau fixé à 1.316 euros, avec un versement dégressif, quelque soit le niveau de revenu : au mieux, 75% de cette somme les trois premiers mois, soit 987 €, et 50% les quatre mois suivants. Un système qui a été reconduit pour un an. On comprend que les diplômés soient motivés dans leur retour à l’emploi…

Et du côté des retraités, Mayotte n’est pas plus généreuse : si le calcul tient compte des revenus et du nombre d’années de cotisation, il conserve le même plafond, soit 1.316 euros, ce qui ne permet pas de dépasser les 600 euros de retraite… Le revenu plafond est de 3.129 euros en Métropole. D’autre part, il n’existe pas de retraites complémentaires.

Un état des lieux sinistré pour des cadres qui ont pu décider de revenir travailler dans leur île. Un combat qui ne peut être mené que par des élus, surtout les parlementaires, pour infléchir la politique du gouvernement. Sans cela, le rapprochement avec la Métropole ne sera pas attendu avant… 2027.

Les jeunes diplômés qui se maintiendraient d’ici là, mériteraient une médaille.

Anne Perzo-Lafond

Voir également : Emploi : surplus d’offres… et de demandeurs !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here