26.9 C
Dzaoudzi
lundi 17 janvier 2022
AccueilEducationAussitôt licencié, aussitôt recruté

Aussitôt licencié, aussitôt recruté

L’île va pouvoir se doter de nouveaux cadres compétents et formés sur place : le Centre Universitaire de Dembéni met en place des “licences pro”. Elles devraient être proposées dès la rentrée 2014.

Porter des projets pour les jeunes (ici Association Nya Moja)
Porter des projets pour les jeunes (ici Association Nya Moja)

Mayotte manque de comptables, de gestionnaires, de personnes capables de piloter des projets, de coordinateurs… Et les besoins sont immenses, notamment en matière de cohésion sociale. Seules 10 communes sur 17 ont signé un Contrat Urbain de Cohésion sociale (CUCS) qui leur permet d’avoir des moyens supplémentaires pour encadrer les jeunes, mais les agents sont rarement qualifiés. «Au 1er janvier 2015, la politique de la ville sera réformée, les CUCS se mutent en reprenant le nom de Contrats de ville et l’Etat alloue 2 millions d’euros», indique  Laetitia Delahaies, directrice du Centre des Ressources de la Cohésion sociale à Mayotte.

Une manne qui ne retombe pas sur la population : «face aux manques de compétences locales, nous recrutons à l’extérieur alors que nous préférerions faire appel à des diplômés sur place». Pire certains budgets ne sont pas utilisés fautes de gestionnaires dans les associations locales.

La solution est en cours de réflexion au Centre Universitaire (CUFR) de Dembéni. L’idée avait été avancée au ministre Repentin : mettre en place des licences professionnelles. Elles permettront aux jeunes diplômés d’entrer immédiatement dans la vie active répondant ainsi au besoin en compétences de l’île.

De plus, elles correspondraient à la tendance actuelle : les jeunes préfèrent rester à Mayotte. «Nous avons jusqu’à 7 demandes pour une place en BTS. C’est bien de pouvoir stabiliser les jeunes deux ans de plus sur le territoire», témoigne Patrick James, du vice-rectorat.

A chaque secteur demandeur, sa licence pro

Isabelle Chevreuil et Laurent Chassot (à droite) en compagnie du ministre Repentin et du sénateur Thani Mohamed Soilihi
Isabelle Chevreuil et Laurent Chassot (à droite) en compagnie du ministre Repentin et du sénateur Thani Mohamed Soilihi

Laurent Chassot, directeur du CUFR, a de plus réussi le tour de force d’obtenir un  accord de principe du ministère de l’Enseignement supérieur sur une homologation pour la rentrée 2014, ce qui prend habituellement prés d’une année.

De leur côté, les acteurs porteurs du projet ont déjà bien avancé : ils étaient réunis à l’Université vendredi après-midi sous l’égide d’Isabelle Chevreuil, la présidente du Conseil d’administration, pour définir ensemble le contenu des licences, leurs débouchés, jusqu’à leur intitulé.

Trois licences professionnelles seront donc proposées aux étudiants sortis de BTS ou de Licence 2ème année (L2) : Gestion et pilotage de projets, Management et techniques de gestion des entreprises et Informatique portant sur les TIC (Technologie de l’Information et la Télécommunication).

Pour intégrer cette troisième année d’université qui pourra les spécialiser sur un emploi, les prétendants seront sélectionnés sur dossier puis passeront un entretien : «il faut une mouture exemplaire pour ce premier jet !» glissait Isabelle Chevreuil.

Une politique pragmatique

Les débouchés pour la première licence professionnelle en Gestion et pilotage de projets sont les mairies ou les associations qui travaillent pour la politique de la ville, sur l’éducation au sein de la population ou encore pour l’habitat et le cadre de vie et qui ont besoin de chargés de missions ou de chargé de projets. Si la licence s’adresse aux futurs recrutés dans le cadre de la montée en puissance de la politique de la ville à Mayotte, «il faut aussi penser à envoyer la ressource existante en formation continue !» remarquait un intervenant.

Difficultés de recrutement par région: Mayotte la plus handicapée (Enquête BMO Pôle emploi)
Difficultés de recrutement par région: Mayotte la plus handicapée (Enquête BMO Pôle emploi)

La seconde devrait permettre de répondre «aux besoins énormes de l’île en comptables, mais aussi en gestion de paye, ou en capacité de répondre aux marchés publics dans les Très petites entreprises», indiquait Didier Greco, expert comptable.

Quant à la troisième, spécialisée dans les TIC, elle devra attendre la rentrée 2015 pour son ouverture : la Licence 2 de Maths-informatique, vivier de la licence pro, n’ouvrant que l’année prochaine à Dembéni.

Former c’est bien, mais s’assurer de débouchés c’est mieux : si Isabelle Chevreuil indiquait que les secteurs cernés sont actuellement en demande, «il faudra savoir s’arrêter à temps et ne proposer ces licences que sur un temps donné et avec de petits effectifs pour ensuite passer à autre chose en fonction des besoins».

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Covid, Mayotte

Covid : forte baisse des indicateurs à Mayotte

139533
Le taux d'incidence a chuté de 35% en 3 jours, passant de 2.069 cas pour 100.000 habitants à 1.346. Le taux de positivité est lui aussi en baisse, mais également, le nombre de patients hospitalisés
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Projet de loi, CESEM, Sébastien Lecornu, Mayotte

Le projet de loi organique a-t-il une nouvelle fois tué celui sur le développement...

139533
Deux projets de loi, l’un plombant l’autre, et un mail tardif sur 85 propositions pour développer Mayotte qui tombe la veille des débats du conseil départemental, ont jeté le trouble sur une loi pensée pour développer Mayotte. Les trois-quarts des mesures sont malgré tout applicables en cas d'ajournement du texte par le gouvernement

Avis négatif sur le projet de loi Mayotte : pour le gouvernement, rien ne servait...

139533
Un timing accéléré, un déficit de concertation et dans une ambiance passionnée, voilà les ingrédients de l’avis défavorable du conseil départemental au projet de loi Mayotte

Face aux abus, le CD demande l’encadrement des prix de l’eau

139533
Cela fait déjà plusieurs semaines que l’île au lagon souffre d’une pénurie de bouteilles d’eau plate. Les rayons sont systématiquement dévalisés peu après les livraisons. Le phénomène tire son origine de plusieurs facteurs, du...

« Le compte n’y est pas » : les élus rejettent le projet de loi...

139533
C’est à la suite d’une consultation « sans précédent » des forces vives de l’île tel que l’annonce le président Ben Issa Ouseni, qu’a été prise la décision de retoquer le projet de loi...

Après plusieurs années, où en sont les travaux de la salle de cinéma Alpa...

139533
Cela fait déjà plusieurs années que l’idée de se faire une toile à Mamoudzou relève du fantasme pour nombre d’habitants. Depuis la fermeture, les travaux auront été nombreux, et à ce jour, restent inachevés....
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com