25.9 C
Dzaoudzi
mercredi 26 janvier 2022
AccueilSantéLe Conseil de l’Ordre porte-parole des médecins malades

Le Conseil de l’Ordre porte-parole des médecins malades

C’est quasiment à une autopsie que s’est livrée à Mayotte la délégation du Conseil de l’Ordre des médecins. Surpris, ils l’ont été de constater que les alarmes étaient réelles.

Au dispensaire Jacaranda
Au dispensaire Jacaranda

666 médecins pour 200.000 habitants en métropole, à peine 180 à Mayotte… Et le rythme n’est pas prêt de s’inverser. Le Syndicat des médecins libéraux avait lancé un mouvement de grève en octobre dernier pour interpeller le gouvernement sur la situation  dégradée de la santé à Mayotte. Ils avaient été reçus au cabinet de Marisol Touraine.

Et il y a dix jours, une délégation de représentants nationaux et régionaux du Conseil de l’Ordre des Médecins est venue à Mayotte. Un acte qui a d’abord été perçu comme «une prise en compte des difficultés, notamment de la carence de soignants à Mayotte», livre Anne-Marie de Montera, présidente du Conseil de l’Ordre des médecins qui a pris la suite de Patrice Guira parti à La Réunion.

Ils ont visité les dispensaires, dont celui de Koungou, les urgences, la maternité, le service de psychiatrie et les professionnels de terrain… «Une autre voix qui se fera entendre à Paris». Mais pour quel résultat ?

«Pour l’instant, c’est un non catégorique à l’implantation de l’Aide Médicale d’Etat sur l’île, et l’écho sur la Couverture Maladie Universelle Complémentaire n’est guère meilleur», annonce le médecin. La première permet aux étrangers en situation irrégulière de bénéficier d’un accès aux soins, alors que la seconde, la CMU-C, donne droit à la prise en charge gratuite de la part complémentaire des dépenses de santé.

Aucune prise en compte de la précarité donc, sur une île dont c’est la spécificité première, «c’est un gros frein à la santé publique à Mayotte». Et au développement de la médecine libérale qui n’est plus représentée que par «17 généralistes et 5 spécialistes». La seule avancée notable depuis la grève des médicaux d’octobre est la mise en place de la carte Vitale, mais la décision lui était antérieure.

Être épaulé par des partenaires costauds

La délégation du Conseil de l'ordre au Conseil général ©cg976
La délégation du Conseil de l’ordre au Conseil général ©cg976

Ajouté à une fiscalité peu favorable au regard des confrères guyanais par exemple «et au déficit de moyens mis à disposition des spécialistes», on comprend «l’inquiétude de la communauté médicale» : «lors d’un débat avec les professionnels de santé titulaires, les représentants nationaux du Conseil de l’Ordre ont pu entendre parler des agressions, du malaise des conjoints. Le monde médical attend des mesures immédiates».

Au CHM, les soins sont assurés par des remplaçants qui viennent à prix d’or, «le manque de médecins titulaires de longue durée nuit à une politique de santé de moyen terme».

Le président du département Daniel Zaïdani informe avoir également reçu la délégation de médecins, avec lesquels il a abordé l’ensemble de ces thèmes, «ils doivent aussi porter des projets au plus haut niveau», selon Anne-Marie de Montera.

Quant à la stratégie nationale de Santé de Marisol Touraine «qui devrait être publiée d’ici le mois de  juin», le risque est d’aggraver un peu plus le déséquilibre, «les règles ne devront pas s’appliquer à Mayotte du jour au lendemain».

La présidente du Conseil de l’Ordre demande avant tout que soit développés des partenariats «pas seulement avec La Réunion, mais aussi avec des CHU plus étoffés comme Marseille, ou encore dans le paramédical, que certains avantages soient votés, «comme l’assurance de réintégrer son service lors du retour en métropole», et un statut particulier des professionnels de santé sur l’île, «nous sommes dans un département défavorisé sans pouvoir bénéficier des avancées éventuelles d’un département limitrophe».

Ce déplacement est un geste fort pour Anne-Marie de Montera qui fait remarquer que le Conseil de l’Ordre ne se déplace pas dans tous les départements. «Ils se sont faits leur propre opinion»… infléchira-t-elle des décisions qui excluent toujours Mayotte ?

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Taxis, Mayotte

Taxi, profession en péril à Mayotte

139533
Alors que sont tracés les lignes de transport en commun et que se profilent les premiers travaux, les taxis se préoccupent trop du nombre de licences distribuées et pas assez de leur avenir, déplore Mohamed Hamissi. Pour qui leur survie passera par un statut de prestataire de service des collectivités
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
RUP, Sébastien Lecornu, Mayotte, Schengen

Révision de Schengen et de la politique des RUP : « Mayotte a une carte à...

139533
Une nouvelle stratégie à l’égard des Régions Ultrapériphérique de L’Europe, dont Mayotte, est en cours d’élaboration par la Commission européenne qui la finalisera en mai 2022. Chacun était prié de défendre sa position au sein d’une stratégie commune
Projet de loi Mayotte, Sébastien Lecornu, Mayotte

Projet de loi Mayotte : le sujet se politise de plus en plus

139533
Le timing aidant avec des élections présidentielles qui se rapprochent, réduisant peu à peu le nombre de conseils des ministres susceptibles de l’examiner, le projet de loi Mayotte entame sa 2ème semaine de feuilleton du « je t’aime, moi non plus »
Mayotte, LR

Législatives : Issihaka Abdillah confirmé comme candidat LR

139533
Les candidats commencent à se mettre en ordre de marche pour les prochaines législatives qui se tiendront les dimanches 12 et 19 juin 2022. Les LR ont investi au niveau national deux candidats sur...
Mayotte, projet de loi

Projet de loi Mayotte : les maires et trois parlementaires cherchent un consensus

139533
Ils essaient de sauver les meubles. Les élus locaux et trois parlementaires appellent d’un côté le gouvernement à s’engager sur un calendrier, et de l’autre, les élus départementaux à réexaminer le projet de loi à la lumière des 85 propositions envoyées par le gouvernement. « C’est une opportunité unique pour Mayotte », clament-ils
Projet de loi, CESEM, Sébastien Lecornu, Mayotte

Le projet de loi organique a-t-il une nouvelle fois tué celui sur le développement...

139533
Deux projets de loi, l’un plombant l’autre, et un mail tardif sur 85 propositions pour développer Mayotte qui tombe la veille des débats du conseil départemental, ont jeté le trouble sur une loi pensée pour développer Mayotte. Les trois-quarts des mesures sont malgré tout applicables en cas d'ajournement du texte par le gouvernement
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com