Gays et jeunes mariés

0
394
Union

Après l’adoption du mariage pour tous, 7.000 mariages ont été célébrés entre personnes de même sexe en 2013 en France. Cela représente 4% du total des mariages. A Mayotte, le 27 septembre dernier, deux hommes scellaient leur union devant le maire, premier et unique «mariage gay» de notre département. Silencieux à l’époque, les jeunes mariés ont accepté de recevoir le JDM.

Mariage
La photo des alliances prise le jour de leur mariage

Lorsqu’on les rencontre pour la première fois, on regarde d’abord leur main gauche. On veut voir les alliances, preuves de leur union devant Monsieur le Maire. Le réflexe les amuse. Eux, n’y font plus attention.

Depuis quatre mois, Alex et Mauryn sont un couple d’hommes marié, un simple exercice de leurs «droits de citoyens». Si leur union avait fait beaucoup parler, eux, avaient préféré garder le silence. Pas question de devenir porte-parole d’une cause, ce n’était pas dans leur nature. «Il se trouve que nous étions les premiers à Mayotte mais ça n’avait pas de sens particulier pour nous, relève Alex. Ca n’était pas du tout un mariage militant. C’est pour cette raison qu’on est restés discrets à l’époque. Malgré toutes les sollicitations, on n’avait pas envie de communiquer.» Ni militants revendicatifs, ni obsédés par la volonté de se cacher, ils vivent simplement, comme ils sont. Ils assument leur homosexualité sans ressentir l’envie ou le besoin de s’afficher.

Premier mariage gay en terre musulmane

Pourtant cette union était bel et bien un événement, elle avait un sens particulier. Avec l’adoption du mariage pour tous, Mayotte est devenue le premier territoire musulman au monde à permettre l’union de personnes de même sexe. Et Alex et Mauryn devenaient les premiers homosexuels officiellement mariés devant la loi, en terre musulmane.
«Je ne sais pas si je minimise la chose, note Alex, mais il me semble qu’à part quelques Fundis* qui ont pris la parole et quelques curieux qui sont venus devant la mairie, il ne s’est pas passé grand-chose. Le débat a été houleux partout mais peut-être plus en métropole qu’ici.»

En préparant leur mariage, Alex était zen. Il connaît bien Mayotte pour y être installé depuis 6 ans. Il savait «que ça allait faire du bruit, mais que ça serait plus de l’ordre du commérage que de l’animosité.» Cette fameuse animosité, ouvertement exprimée en métropole, les a beaucoup plus dérangés.
Alex savait aussi que cette volonté de discrétion collait parfaitement avec la culture mahoraise, dans laquelle l’idée de faire scandale est très mal vue. Elle se recoupait enfin avec le souhait de la mairie que les choses se fassent simplement, d’où le changement d’horaire. Annoncé à 10h30, le mariage a finalement été célébré à 7 heures. «Ça s’est imposé pour que le calme que nous souhaitions tous soit respecté».

Un mariage aux conséquences limitées

Mais Alex et Mauryn savent aussi que leur union, aussi inédite soit-elle, n’est pourtant pas porteuse de si grands changements à Mayotte. « Je pense que ça aurait été beaucoup plus révolutionnaire si ça avait été deux Mahorais qui s’étaient mariés, nuance Alex. Je ne crois pas qu’on ait bouleversé quelque chose. Je pense qu’il y aura plus de changements quand deux mahorais ou deux Mahoraises se marieront.»
Les mentalités évolueront peut-être, doucement, à l’image de nos voisins d’Afrique du Sud où le premier mariage gay a été célébré de façon traditionnelle par la communauté zouloue, sept ans après l’adoption du mariage pour tous dans le pays.

Les alliances, souvenirs de Mayotte

Quatre mois après leur mariage, la vie s’écoule simplement pour Alex et Mauryn. Ils enchaînent les contrats de travail, aménagent peu à peu leur appartement sur les hauteurs de Mamoudzou, bichonnent leur scooter, moyen de transport précieux compte tenu de leurs petits moyens. Les seules dépenses importantes qu’ils envisagent dans les mois à venir seront consacrées aux voyages. «On a promis à nos familles qu’on se ‘remarierait’, en métropole, confie Alex. On les a ‘grugés’ d’une fête, alors on renouvellera nos vœux devant tout le monde. J’ai une famille nombreuse et qui aime la fête !»

Avec cette vie paisible, un départ de Mayotte n’est pas à l’ordre du jour pour les jeunes mariés. «Nos alliances ont été faites par un artisan de Mayotte, précise Mauryn. Je l’avais rencontré lors d’un salon de la mode. C’est un petit bijoutier qui fait de belles choses. On avait un petit budget, alors nos amis se sont cotisés pour nous les offrir. Un jour, quand on partira de Mayotte, ça sera notre souvenir d’ici.»
RR

VOIR AUSSI : l’entretien complet accordé par Alex et Mauryn au JDM.

*Fundi : personne âgée ou autorité morale

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here