30.9 C
Dzaoudzi
samedi 4 décembre 2021
AccueiljusticeKwassas : 78 pilotes jugés

Kwassas : 78 pilotes jugés

CARNETS DE JUSTICE. 80 dossiers de pilotes de kwassas étaient jugés ce mercredi matin au tribunal correctionnel de Mamoudzou. Trois d’entre eux concernaient un seul et même homme, présent car incarcéré à la maison d’arrêt de Majicavo.

Salle d’audience vide ce mercredi matin au Tribunal de Grande instance de Mamoudzou. La justice examinait le cas de 80 passeurs, des pilotes de kwassas dont les embarcations ont été interceptées dans les eaux territoriales de Mayotte. Salle vide, à une exception près : un homme, incarcéré à Majicavo et encadré par les gendarmes, est à la barre.
Il a été arrêté le 23 décembre dernier et a déjà été présenté au tribunal en comparution immédiate. Faisant valoir ses droits, il avait demandé un renvoi de l’affaire pour préparer sa défense. Mais ce matin, son avocat n’a pas fait le déplacement.

Comme l’ensemble des pilotes de kwassa, il est poursuivi pour «aide à l’entrée et au séjour d’étrangers en situation irrégulière», un chef d’accusation aggravé par «la mise en danger» des passagers transportés. L’actualité tragique de ces derniers jours l’a malheureusement rappelé, aucun équipement de sécurité ne se trouve à bord de ces embarcations : ni GPS, ni gilets de sauvetage, ni matériels pour signaler une difficulté de navigation.

Deux noms pour un même prévenu

L’Etat civil comorien a permis au prévenu de se présenter à la barre pour une seule affaire, mais ses empreintes l’ont trahi. Ce sont finalement trois dossiers qui le concernent lors de cette audience. Il a déjà été intercepté les 14 novembre et 4 décembre 2013 avec une autre identité.
Ce 4 décembre, il transportait 32 passagers. Le Président Rieux connaît bien les méthodes de ces transporteurs. Il pose des questions précises :
-Etes-vous venus à deux kwassas ou avez-vous fait le trajet depuis Anjouan avec une seule embarcation ?
-Le voyage s’est fait à deux kwassas. Les passagers ont été transbordés sur une seule barque vers la fin du trajet.
-A combien de kilomètres de la passe se déroule le transbordement ?
-Dès qu’on arrive en vue de Mayotte.

Prendre des risques pour gagner sa vie

Comme c’est toujours le cas dans ces affaires, il explique prendre des risques avec sa vie et celle de ses passagers pour nourrir sa famille. «A Anjouan, il n’y a pas de travail. C’est comme ça que je vis.» Invité à prendre la parole après le réquisitoire, il trouve la peine de 6 mois ferme requise par la procureure trop sévère. C’est pourtant celle que lui inflige le tribunal ainsi que 12 autres mois avec sursis. «Si vous revenez dans les mêmes conditions, prévient le Président, vous serez en état de récidive. Dans ce cas, la peine plancher est de quatre ans. Donc si vous vous faites prendre, vous devrez faire ces quatre ans, plus l’année de sursis. Ça fait cinq ans de prison.»

Le condamné reparti pour Majicavo, le tribunal enchaîne les 77 autres dossiers. Les prévenus ne sont évidemment pas présents, la plupart d’entre eux sont probablement rentrés à Anjouan.
44 passagers pour un, 16 pour un autre, 24 pour un troisième… Et puis, au milieu du lot, un cas particulier, un «kwassa de luxe». Lors de son interception, il n’y avait que quatre personnes à bord, des passagers prêts à payer 1.000 euros la traversée, pour s’assurer de meilleures conditions de sécurité.
Tous, sont condamnés à des peines allant de six à douze mois de prison avec sursis, assorties d’interdiction du territoire pour des durées généralement de trois ans.
RR

VOIR les autres CARNETS DE JUSTICE.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Nassuf Djaïlani, Mayotte

Quand la « morsure trop vive » de Nassuf Djaïlani enfante...

0
Le célèbre poète et romancier mahorais Nassuf Djaïlani était de passage sur son île natale récemment afin de présenter au public son nouveau roman : « Cette morsure trop vive ». Récit mettant en scène deux frères dans un Chiconi chimérique (« Chiconi-sur-Mer), ce roman mêlant des aspects à la fois sociologiques, psychologiques et historiques, est également une redoutable satire des injustices inhérentes au système post-colonial français à Mayotte
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.