25.9 C
Dzaoudzi
lundi 29 novembre 2021
AccueilSociétéMais que fait la Police ?

Mais que fait la Police ?

Les critiques fusent, de plus en plus pressantes, sur la réactivité des forces de l’ordre dans la zone de Mamoudzou où le verbe «déposer plainte» est systématiquement conjugué à la forme négative. Que se passe-t-il entre la population de Mayotte et sa Police nationale ?

Une délinquance des mineurs qui explose
Une délinquance des mineurs qui explose

C’est Youssouf, à Tsoundzou 2 qui, au moment d’ouvrir sa maison, voit la lumière s’éteindre et reçoit un coup sur la tête… Il ne peut empêcher le cambriolage. C’est Françoise qui marchait dans la rue de l’hôpital ce vendredi matin, lorsqu’une main se glisse pour lui arracher le portable qu’elle avait dans la main, «un enfant pas plus haut que ça !» En 7 ans à Mayotte, c’est la première fois qu’elle se fait agresser. Elle ne sait pas si elle va aller déposer plainte.

Le ras-le-bol est général : une délinquance des mineurs qui explose*, des habitants qui se plaignent des déplacements lents, voire inexistants de la Police nationale, et qui finissent par se décourager et décourager leurs proches de téléphoner au Commissariat. «Certains s’arment», entend-on même, quand ce ne sont pas des départs définitifs de l’île.

Questionné, le capitaine de Police Chamassi va droit au but : «Que les habitants ne se demandent pas pourquoi Mayotte n’est pas placée en Zone de Sécurité Prioritaire (ZSP) ! En ne déposant pas plainte, les chiffres ne traduisent pas la réalité, et Paris ne peut comprendre l’ampleur du phénomène». Face aux critiques, il garantit un accueil téléphonique 24h/24 et 7j/7, «au 17, nous avons maintenant quatre postes, derrière lesquels sont placés deux fonctionnaires supervisés par un chef de poste», et donne un autre numéro à appeler en cas d’échec 0269 61 12 22.

Il admet que certains policiers peuvent être en faute : «toutes les conversations étant enregistrées, j’invite toutes les personnes qui ont été mal reçues ou qui ne voient pas arriver la patrouille après un appel, à venir le plus tôt possible au Commissariat et à demander un officier. Les bandes seront écoutées, et le policier sanctionné».

"Nous adoptons les effectifs aux besoins que doit nous faire remonter la population"
“Nous adaptons les effectifs aux besoins que doit nous faire remonter la population”

La peur mauvaise conseillère

Et lorsque la plainte est déposée, les interpellations suivent souvent selon lui* : «Nous venons d’arrêter, à Doujani, deux jeunes qui en avaient tabassé gratuitement un autre à Tsoundzou, il y a plusieurs mois. Je tiens à dire qu’il n’y a pas de zones de non droit, nous circulons partout».

Souvent, les habitants retrouvent devant chez eux des délinquants mineurs que la Police avait arrêtés la veille, ce qui peut prêter à confusion, «certains gamins passent 10 fois par mois par le Commissariat !» Car lorsqu’ils passent au tribunal, on leur applique un simple rappel à la loi, «fahamou !» (attention !), “ce n’est pas suffisant» indique Chamassi qui compatit malgré tout au manque de moyen du procureur : «Pas de place en prison, pas de centre d’accueil qui sont de la compétence du Conseil général».

Quelques personnes viennent de lui signaler des cas de rackets prés de la barge, des policiers vont s’y déplacer. «Deux à trois patrouilles tournent le jour, renforcées le soir par le quart de nuit et par les deux patrouilles de la Brigade Anti criminalité». Et dès que la patrouille est partie, les souris dansent à nouveau. «C’est pourquoi nous avons besoin de la population : vigilance entre voisins, appel au 17 pour qu’on puisse organiser des planques, etc…»

Certains habitants ont peur de témoigner par peur de vengeance, «mais ça n’arrive pas, nous n’avons jamais eu une seule plainte dans ce sens».

Le capitaine en est persuadé, «beaucoup d’amalgames sont faits face à la délinquance». S’il incite à déposer plainte, c’est aussi parce qu’au Commissariat, croupissent des objets retrouvés après interpellations, sans savoir à qui les attribuer.»

Anne Perzo-Lafond

* Les chiffres de la délinquance à Mayotte seront rendus publics début février

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

MAIRIE DE BANDRABOUA

0
Directive 2014/25/UE SECTION I : POUVOIR ADJUDICATEUR I.1) NOM ET ADRESSES Mairie de Bandraboua, BP48 - 238, rue de l’Hôtel de Ville , 97650, Bandraboua, Courriel : soibirdine.hachime@mairie-bandraboua.fr,...

VILLE DE MAMOUDZOU (976)

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan