Boinali Said Toumbou ne veut pas de Zone de Sécurité Prioritaire

3
262
Le député Boinali Saïd Toumbou

C’est un come back discret : le député Boinali Said Toumbou faisait pâle figure ces temps-ci au regard des communiqués répétés des autres parlementaires mahorais. Il a contacté la presse pour rectifier le tir, de vive voix.

BoinaliC’est la cause qui l’a porté aux nues qui lui colle un peu trop à la peau selon lui : Boinali Said Toumbou ne veut plus de cette étiquette « député mabawa » issue du conflit du même nom de lutte contre la vie chère en 2011. C’est en tout cas comme cela qu’il justifie son absence prolongée des médias.

Son coup de gueule du moment ne va pas vers Total sur lequel il s’exprimera plus tard, mais sur les gendarmes du GIR (Groupement d’intervention régional) : « Je suis le dindon de la farce ! De passage l’année dernière à l’ambassade d’Anjouan, nous avons débattu de solutions pour l’immigration clandestine que l’on disait orchestrée par des autorités comoriennes. Puis, j’apprends ces jours-ci que ce sont les gendarmes français eux-mêmes qui instrumentalisaient ces filières au moyen d’indics clandestins à qui ils faisaient miroiter des papiers ! Et ils auraient organisé un trafic de drogue ! Il faut une punition exemplaire ! » Et de conclure : « Mayotte n’est pas la Françafrique ! ».

Autre sujet de préoccupation, la délinquance contre laquelle il organise depuis un an la mise en place des régies de quartier. Ces associations sont ancrées dans des quartiers d’habitations sociales. Elles agissent pour améliorer le cadre de vie, l’animation, la convivialité et sont censées proposer l’insertion socioprofessionnelle des stagiaires en leur offrant une formation encadrée au sein d’une équipe de professionnels. « Nous y arriverons par la médiation sociale. »

Pas d’hyper sécurité à Mayotte

Mais il faudra encore patienter un an, nous explique-t-il, avant qu’elles voient le jour : « Chaque commune devra créer un groupe de travail avec les associations et leurs services techniques et accueillir un chargé de mission nommé par la Préfecture ».
Boinali caméra
En tout cas, Boinali Said Toumbou ne veut pas d’une Zone de Sécurité Prioritaire prônée par le sénateur-maire de Mamoudzou : « Une sécurisation tous azimuts ne servirait à rien ici. Nous devons mettre réellement en place des dispositifs de médiation avant d’en arriver à cette solution extrême à base de forces de l’ordre armées. »

Enfin, il ne pouvait se taire face à la communication, par médias interposés, des conseillers généraux et parlementaires d’un côté et de Total de l’autre sur le décret de transparence des marges de la filière d’hydrocarbure dans les DOM. Et c’est d’un revers de manche qu’il balaye le problème : « Mayotte et les DOM ne représentent qu’une quantité négligeable sur l’activité internationale de Total. Le 5ème groupe pétrolier mondial ne peut faire de chantage sur 100 salariés mahorais ! »

Quant à son activité parisienne sur laquelle nous le questionnons, il est peu prolixe, rappelant qu’il est intervenu sur la question du désert médical : « Je me concentre sur Mayotte ».

Anne Perzo-Lafond

3 Commentaires

  1. Et c’est député ça !!!! Et la présomption d’innocence monsieur le Député vous connaissez !!! Avant de demander une condamnation exemplaire encore faudrait il que la justice démontre que les faits dont vous faites allusion soient réelles… Ils y a trois ans vous auriez oupé la tête a Pertuisa déclaré innocent il y a peu… Avec des déclarations aussi ridicule le dindon de la farce c’est clair que c’est vous.

  2. A transmmettre à Monsieur Le Député Boinali Said Tombou

    http://www.clicanoo.re/398429-le-gendarme-ne-savait-rien.html

    Je peux comprendre que certains de ces amis lui souffle à l’oreille ce qu’il faut dire mais avant de se prononcer il devrait se méfier c’est un homme public représentant le peuple et la nation et à ce titre il se doit de respecter les lois du peuple et de la nation… Cet article peut être source d’inspiration pour la presse mahoraise également. Ca rééquilibrera la balance de la justice / presse d’un côté et de la justice tout court de l’autre.
    Bonne lecture

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here