« La drogue achetée pour Roukia venait d’un indic du GIR »

0
70
Me Nadjim Ahamada défendait l'ancien maire

Le décès par overdose de la jeune fille est au centre des auditions menées par le juge d’instruction mahorais Hakim Karki. Il semble que l’étau se resserre.

Les avocats Ahamada, Kamardine et Larifou intervenant dans l'affaire Roukia
Les avocats Ahamada, Kamardine et Larifou intervenant dans l’affaire Roukia

L’audition de Mathias Belmer qui a inauguré la semaine du juge d’instruction Hakim Karki au Tribunal de Champ Fleuri, à La Réunion, a révélé au grand jour ce qui avait été dit en petit comité lors de l’enquête : « Mathias a répété qu’il a acheté, pour Roukia, de la drogue à une personne qui s’est avérée être un indic du GIR », rapporte Me Nadjim Ahamada, avocat de Frédérique Blondel, l’ancienne patronne du salon de coiffure dans lequel travaillait Mathias Belmer.

Ils avaient tous deux transporté le corps de la jeune fille, décédée une nuit de janvier 2011 après qu’elle ait consommé de la drogue. « Il pensait avoir acheté de la cocaïne quand il s’agissait vraisemblablement d’héroïne », rajoute Me Ahamada.

Aujourd’hui, l’indicateur mis en cause a été auditionné et demain, mercredi, il sera confronté à Mathias Belmer. Ce sera ensuite le tour des gendarmes, dont deux sont toujours mis en examen et accusés d’avoir organisé un trafic de drogue pour gonfler les résultats de leur service.

Anne Perzo-Lafond

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here