26.9 C
Dzaoudzi
jeudi 20 janvier 2022
AccueiljusticeLe Fundi cambrioleur

Le Fundi cambrioleur

CARNETS DE JUSTICE. Le plus grand des voleurs peut-il être en même temps d’une «honnêteté confondante» ? Voilà la drôle de question à laquelle était confronté le tribunal correctionnel. Parce que l’histoire de Mahamoud n’est pas banale.

Mahamoud était un grand fundi, un homme sage capable d’éloigner les mauvais esprits de la maison. Mieux, il était capable de tout guérir : douleurs, infertilité, manque de réussite, il avait la providence de son côté. C’est du moins ce qu’il disait lorsqu’il rencontrait ses futures victimes. Il y avait bien eu une première plainte déposée contre lui mais l’enquête n’avait rien donné. Probablement cette fameuse providence.
Pourtant, elle a fini par le quitter le jour où il a du se réfugier au commissariat.

Ce jour-là, Mahamoud se sent en danger, la justice populaire, parfois si violente à Mayotte, menace de s’abattre sur lui. Il est poursuivi dans la rue par des personnes qui l’accusent de vol et sont prêts à se faire justice eux-mêmes.
Pour se protéger, Mahamoud n’a pas d’autres choix que de se réfugier dans un endroit sûr : ce sera le commissariat de police. Interrogé par les policiers sur la scène qui se déroule à l’extérieur, il décide de jouer franc-jeu. Il dévoile alors ses capacités et son activité assez particulières.

«Il a une manière d’opérer assez fine, reconnait le Président Rieux. Il a le talent pour entrer en contact avec les femmes. Il a suffisamment de psychologie pour proposer aux gens, exactement ce qu’ils cherchent : les soigner, régler leurs problèmes relationnels ou de santé.»

Mahamoud est un fundi cambrioleur. A défaut de régler les problèmes de ses clients, il les dépouille avec une certaines virtuosité. Pour résoudre les malheurs, Mahamoud arrive à convaincre ses victimes de le laisser rentrer chez elles et de se plier à un rituel agrémenté de religiosité. Tout se termine par la technique de l’assiette.
Les victimes, pour que la bonne fortune emplisse enfin la maison, doivent placer une grosse somme d’argent et des bijoux dans une assiette qu’il recouvre d’un linge avant de la placer sous un lit. Personne ne doit y toucher pendant trois ou quatre jours. Mais c’est lorsque vient le moment de récupérer le récipient, la fortune a disparu et le malheur s’abat effectivement sur les victimes : l’argent, les bijoux et le fundi ont alors disparu.

Au fil de l’enquête, pas moins de 23 personnes sont finalement répertoriées, 23 plaignants dont la plupart ont fait le déplacement au tribunal ce mercredi 20 novembre. Chacun d’eux va défiler à la barre pour relater quasiment la même histoire.
«J’étais avec mon enfant agité et il m’a dit qu’il pouvait le rendre sage», relate une femme. Eh hop ! 500 euros et un collier qui s’envolent. «Il s’est présenté comme le fundi de la femme du sénateur», dit une autre. 1400 euros de bijoux disparaissent. «Il allait guérir ma vieille maman qui n’allait pas bien»… 700 euros et des bijoux.
Il ne conteste rien des faits. Tout juste rectifie-t-il les approximations prêtées aux victimes ou au tribunal, en particulier sur la valeur des bijoux. A l’écouter, elle est la plupart du temps très surestimée. Mais à l’inverse, il peut aussi rectifier la valeur de son vol à la hausse :
– Vous lui avez pris 500 euros, affirme le président
– Non. 1000, rectifie-t-il.
– Il est honnête, plaisante le président surpris de la correction.
– J’ai d’abord pris 500 puis je suis revenu le lendemain prendre 500 supplémentaires.

Mais Mahamoud conteste également formellement quelques vols qui lui sont imputés. Et de fait, face à «l’honnêteté» dont il semble faire preuve dans le récit des événements, le tribunal doute, comme lorsque le mode opératoire diffère sensiblement (une valise posée au-dessus d’une armoire).

Pour démêler ces 23 histoires auxquelles s’ajoutaient celle des trois receleurs à qui Mahamoud revendait les bijoux, le tribunal s’est donné deux semaines de délibéré.
Ce mercredi 4 décembre, le verdict est tombé: il a été condamné pour 19 des 22 vols à 18 mois de prison ferme avec obligation, en compagnie des trois receleurs, d’indemniser ses victimes. Les sommes varient de 500 à 15OO euros par personne. Les receleurs sont condamnés à 1 an de prison avec sursis.

RR

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

GIPEAM

139137
M. ALI SOULA - Directeur 8 Rue de l’Hôpital 97600 Mamoudzou mèl : ali.soula@europe-a-mayotte.yt web : https://www.marches-publics.info Référence : T-PA-1037989 OBJET : TRAVAUX BATIMENT GIPEAM Après la mention : 4:conditions relatives du...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Mayotte, LR

Législatives : Issihaka Abdillah confirmé comme candidat LR

139137
Les candidats commencent à se mettre en ordre de marche pour les prochaines législatives qui se tiendront les dimanches 12 et 19 juin 2022. Les LR ont investi au niveau national deux candidats sur...
Mayotte, projet de loi

Projet de loi Mayotte : les maires et trois parlementaires cherchent un consensus

139137
Ils essaient de sauver les meubles. Les élus locaux et trois parlementaires appellent d’un côté le gouvernement à s’engager sur un calendrier, et de l’autre, les élus départementaux à réexaminer le projet de loi à la lumière des 85 propositions envoyées par le gouvernement. « C’est une opportunité unique pour Mayotte », clament-ils
Projet de loi, CESEM, Sébastien Lecornu, Mayotte

Le projet de loi organique a-t-il une nouvelle fois tué celui sur le développement...

139137
Deux projets de loi, l’un plombant l’autre, et un mail tardif sur 85 propositions pour développer Mayotte qui tombe la veille des débats du conseil départemental, ont jeté le trouble sur une loi pensée pour développer Mayotte. Les trois-quarts des mesures sont malgré tout applicables en cas d'ajournement du texte par le gouvernement

Avis négatif sur le projet de loi Mayotte : pour le gouvernement, rien ne servait...

139137
Un timing accéléré, un déficit de concertation et dans une ambiance passionnée, voilà les ingrédients de l’avis défavorable du conseil départemental au projet de loi Mayotte

Face aux abus, le CD demande l’encadrement des prix de l’eau

139137
Cela fait déjà plusieurs semaines que l’île au lagon souffre d’une pénurie de bouteilles d’eau plate. Les rayons sont systématiquement dévalisés peu après les livraisons. Le phénomène tire son origine de plusieurs facteurs, du...
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com