Ewa et Inter Iles : SOS vers la ministre des transports comorienne

0
109

Dans une lettre commune à la ministre chargée des transports aux Comores, les dirigeants des compagnies Ewa Air et Inter Iles Air appellent à un déblocage urgent de la situation. Les vols n’ont toujours pas repris vers Moroni.

Un premier vol jeudi vers Nosy Be, celui de mercredi vers Moroni ayant été annulé
Un premier vol jeudi vers Nosy Be, celui de mercredi vers Moroni ayant été annulé

«Il en va de la survie de nos entreprises» écrivent conjointement Marie-José Malé président de Ewa Air et PDG du directoire d’Air Austral, et Seffoudine Inzoudine, directeur général d’Inter Iles Air. En privant Ewa Air du droit de desserte du sol grand-comorien, le DGAC (Direction générale de l’aviation civile) comorienne a non seulement retardé le lancement de la toute jeune compagnie mahoraise, mais surtout provoqué l’ire des autorités françaises qui annulaient l’autorisation accordée au Cessna d’Inter Iles d’une liaison Moroni-Dzaoudzi. (voir article).

Une entente entre le directeur général d’Inter Iles Air et la direction de la DGAC comorienne avait été insinuée. «Une information tronquée» nous glisse Seffoudine Inzoudine qui a donc décidé d’une action commune avec Marie-José Malé.

La situation en cours : 60% de places en moins, des passagers qui protestent contre l’annulation de leur vol… Pour Inter Iles, «des centaines de billets ont du être remboursés et les conséquences de l’arrêt de son activité internationale pourraient la contraindre à envisager des licenciements dans les prochaines heures, la perte de recettes correspondante étant déjà considérable». De son côté, Ewa Air  «est confrontée dès le démarrage de son activité à la suppression de 4 vols sur Moroni dont deux ce dimanche 3 novembre et mardi 5 novembre. Ceci ne peut qu’accentuer les pertes financières pénalisant son début d’opération».

Ils appellent en conséquence la ministre à décider de la «réouverture du ciel de l’archipel», au moins par le biais d’autorisation provisoire, car, selon les deux dirigeants, il en va «de la sauvegarde de nos entreprises, de leurs emplois et de la préservation des liens économiques entre les Comores et Mayotte».

Anne Perzo-Lafond

Voir aussi :
Le premier vol Ewa est annulé
Mayotte-Union des Comores : tensions dans l’aérien
Les visages et les costumes d’Ewa
Ewa Air décolle après-demain