26.9 C
Dzaoudzi
lundi 17 janvier 2022
AccueilSantéBriser le silence

Briser le silence

« La première fois que j’ai rencontré un sourd sur la barge, il n’osait pas utiliser la langue des signes parce que les gens se moquaient de lui » se rappelle Agnès Ramdé, la directrice de l’ADSM, l’Association des déficients sensoriels de Mayotte. « Traditionnellement, ici, on se moque des sourds alors que les déficients visuels sont, au contraire, considérés comme des enfants bénis par les familles » poursuit Agnès Ramdé. Lentement, pourtant, les mentalités évoluent, les esprits s’ouvrent à cette différence. Alors, pour accélérer les choses, l’association a souhaité organiser un événement ce week-end à l’occasion de la journée mondiale des sourds. Pour la première fois, les sourds et les muets se sont installés à proximité de la barge pour mener des actions de sensibilisation.

Atelier d'apprentissage de la langue des signes à proximité de la barge, samedi matin à mamoudzou
Atelier d’apprentissage de la langue des signes à proximité de la barge, samedi matin à Mamoudzou

Leur premier message : les sourds ne sont pas muets. « La surdité n’empêche pas de parler, explique Julie Mingot, salariée à l’ADSM. Moi, par exemple, je suis née avec une surdité légère qui s’est aggravée au fil des années. Après plusieurs passages chez les docteurs qui soupçonnaient des tas d’autres choses, j’ai finalement été appareillée à l’âge de 6 ans. Le fait que j’entendais un peu puis le port des appareils ont facilité mon apprentissage du langage ».
Pour les sourds, un diagnostic précoce est donc essentiel et malheureusement, à Mayotte, ce travail est loin d’être encore optimal. Certes, les maternités ou les PMI peuvent soupçonner la surdité d’un bébé et ainsi l’orienter vers des prises en charge. Mais c’est encore trop souvent à l’école que l’on se rend compte de la surdité d’un enfant.

Tous les enfants doivent pouvoir s’intégrer

L’autre problème majeur est l’accès à un appareillage auditif. « Il n’y a pas d’audioprothésiste présent en permanence à Mayotte, constate Julie Mingot. Il vient de La Réunion pour réaliser les empreintes de l’oreille et revient, lors de sa mission suivante avec les appareils ». Mais tous les enfants diagnostiqués ne sont pas concernés. Seuls, ceux qui bénéficient de la sécurité sociale y ont accès. Pour les autres, même lorsque les familles sont prêtes à débourser les 700 euros nécessaires, il n’est plus possible d’acquérir les appareils. Ses enfants, souvent comoriens, sont alors obligés de rentrer dans leur île natale pour être pris en charge par le programme de coopération régionale. « Dans l’esprit de l’association, rappelle Agnès Ramdé, tous les enfants doivent pouvoir être appareillés à Mayotte pour qu’ils puissent s’intégrer dans la société ». Ce qui est loin d’être le cas.

[hana-flv-player video=”https://migration.lejournaldemayotte.com/wp-content/uploads/2013/09/Briser_le_silence1-1-1.mov” width=”250″ height=”auto” description=”” player=”3″ autoload=”true” autoplay=”false” loop=”false” autorewind=”true” /]

En attendant, l’association travaille à de nombreux projets. Après l’ouverture l’an dernier d’un établissement médico-social qui accompagne les jeunes sourds mais aussi les jeunes aveugles dans leur scolarité ou leurs loisirs, l’ADSM souhaiterait mettre en place des crèches mixtes pour accueillir, dans un même lieu, des enfants déficients sensoriels ou non. « Ces crèches seraient un très bon moyen de dépasser les a priori et d’apprendre aux plus petits à vivre ensemble qu’ils soient porteurs ou non de handicap. »
L’association a recensé plus de 200 personnes concernées par un handicap sensoriel, qu’il soit visuel ou auditif, à Mayotte. Mais nombreux sont probablement ceux qui ne se déclarent pas. Continuer à sensibiliser inlassablement au handicap permettrait donc aussi de disposer de chiffres plus réalistes.
RR

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Covid, Mayotte

Covid : forte baisse des indicateurs à Mayotte

139125
Le taux d'incidence a chuté de 35% en 3 jours, passant de 2.069 cas pour 100.000 habitants à 1.346. Le taux de positivité est lui aussi en baisse, mais également, le nombre de patients hospitalisés
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Projet de loi, CESEM, Sébastien Lecornu, Mayotte

Le projet de loi organique a-t-il une nouvelle fois tué celui sur le développement...

139125
Deux projets de loi, l’un plombant l’autre, et un mail tardif sur 85 propositions pour développer Mayotte qui tombe la veille des débats du conseil départemental, ont jeté le trouble sur une loi pensée pour développer Mayotte. Les trois-quarts des mesures sont malgré tout applicables en cas d'ajournement du texte par le gouvernement

Avis négatif sur le projet de loi Mayotte : pour le gouvernement, rien ne servait...

139125
Un timing accéléré, un déficit de concertation et dans une ambiance passionnée, voilà les ingrédients de l’avis défavorable du conseil départemental au projet de loi Mayotte

Face aux abus, le CD demande l’encadrement des prix de l’eau

139125
Cela fait déjà plusieurs semaines que l’île au lagon souffre d’une pénurie de bouteilles d’eau plate. Les rayons sont systématiquement dévalisés peu après les livraisons. Le phénomène tire son origine de plusieurs facteurs, du...

« Le compte n’y est pas » : les élus rejettent le projet de loi...

139125
C’est à la suite d’une consultation « sans précédent » des forces vives de l’île tel que l’annonce le président Ben Issa Ouseni, qu’a été prise la décision de retoquer le projet de loi...

Après plusieurs années, où en sont les travaux de la salle de cinéma Alpa...

139125
Cela fait déjà plusieurs années que l’idée de se faire une toile à Mamoudzou relève du fantasme pour nombre d’habitants. Depuis la fermeture, les travaux auront été nombreux, et à ce jour, restent inachevés....
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com