25.9 C
Dzaoudzi
samedi 28 mai 2022
AccueilEconomieUn modèle économique contre l’exclusion

Un modèle économique contre l’exclusion

Un modèle économique qui mettrait en avant la solidarité, tout en créant des emplois… un concept qui existe depuis un siècle, et qui prend consistance avec un projet de loi. Mayotte possède des atouts.

Pour la première fois, un ministère est dédié à l’Economie Sociale et Solidaire (ESS), et confié à Benoit Hamon. Son projet de loi va être étudié en fin d’année au Parlement. Ce thème qui semble réconcilier l’économie et le social n’est pas facile à aborder. C’est pourtant ce débat que l’association Tama avait choisi de programmer pour fêter ses 10 ans, à Mtsangabeach, ce vendredi 20 septembre.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Répondre collectivement à des besoins partagés, pourrait être une définition de l’ESS qui est, en fait, connue de tous : « elle se définit par ses statuts et prend la forme de coopérative, de mutuelle, d’association ou de fondation » retraçait Jean-Marc Borello, président et fondateur en 1984 du groupe SOS dont fait partie l’association de réinsertion Tama (*). « Je me suis interrogé il y a 30 ans sur cette main invisible du marché qui doit nous conduire vers le bonheur… » se souvient-il sarcastique.

La crise de 2008 a prouvé qu’un modèle alternatif devait être pensé, « nous avons de plus en plus de personnes en difficulté et de moins en moins de fonds publics ». A lui tout seul, SOS prouve que c’est possible : une croissance annuelle de 20%, plus de 4000 salariés au sein de 37 entreprises sociales et un concept exporté dans une trentaine de pays. C’est dire si le projet de loi est attendu, « avec 40 000 créations d’emploi à la clef » indique Monique Grimaldi, directrice de la Dieccte.

A Mayotte, plusieurs associations intermédiaires existent telle que le rappelait Sylvie Espécier, Sous-préfète chargée de la Cohésion sociale, « elles ont accompagné prés de 600 demandeurs d’emploi », sans compter deux chantiers d’insertion portés par l’OIDF.

Entre coutume et tribunal

Il apparaît d’ailleurs que l’histoire de l’île tourne autour de l’Economie sociale et solidaire comme le doctorant en Géographie Humaine Ahamadi Darousi le soulignait : le chicao (groupes), la moussada (l’entraide), le vala « qui permettait de projeter des films, une sorte d’ancêtre des MJC qui sont un échec par méconnaissance de ces traditions ». La plus spectaculaire étant le chicoa, la tontine, où un groupe de personne se prête de l’argent sans intérêt.

La législation française, renforcée avec la départementalisation de l’île, affaiblit ces pratiques considérées alors comme hors la loi (frontière ténue entre entraide et travail illégal dans la moussada)… alors qu’en métropole l’ESS revient en force, notamment avec un cousin du troc, « l’Accorderie, un échange de temps de travail ou de service non monétisé ».

Une Chambre de l’ESS semble indispensable pour structurer les acteurs, et les fonds européens attendent les porteurs de projet, « le social est une compétence majeure du Conseil général, nous ne pouvons en permanence nous substituer à lui » glissait le sénateur et fondateur de Tama, Thani Mohamed Soilihi, qui invitait malgré tout chaque Mahorais à innover en la matière, avant que le législateur n’intervienne, « ne laissons pas les autres prendre les mauvaises décisions à notre place ! ».
A. P-L.

(*) Tama en genre et en nombre :
Président et cofondateur : le sénateur Thani Mohamed Soilihi
Directeur  et autre cofondateur : Philippe Duret
117 salariés qui sont intervenus auprès de 10 700 personnes
4,5M€ de budget à 95% Etat

 

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Théâtre, Baobab, Mayotte

Quand le théâtre permet aux jeunes d’être acteur de leur propre...

139398
Le festival Baobab suit son cours, avec des pièces jouées par les scolaires en journée, et par des comédiens plus confirmés en soirée. Et parfois les premiers rejoignent les seconds… des pépites émergent. En tout cas, ils en tirent tous bénéfice, comme le montrent leurs témoignages
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Yael Braun Pivet, Mayotte, OUtre-mer

Yaël Braun-Pivet, nouvelle ministre des outre-mer, avait pointé la responsabilité de l’Etat dans la...

139398
Au terme d'un suspens sans fin, le nouveau gouvernement choisi par la nouvelle première ministre a été constitué. Plusieurs ministres restent au gouvernement, et c'est Yaël Braun-Pivet qui est nommée à l'Outre-mer. Elle était venue en immersion dans les quartiers de cases en tôles sur les hauteurs de Doujani en 2018
Sénat, déchets, outre-mer, Mayotte

Le Sénat étudie la gestion des déchets dans les territoires ultramarins: “Comment éviter le...

139398
La Délégation sénatoriale aux outre-mer va consacrer son prochain rapport d’information à la gestion des déchets dans les territoires ultramarins. En partant d'une "situation préoccupante", il faut arriver à un objectif "zéro déchets". Un déplacement des sénateurs est prévu en juin à Mayotte
Législatives, LREM, Ensemble!, Mayotte

Législatives – Boinamani Madi Mari investi par le parti de la majorité présidentielle dans...

139398
Deux nouveaux candidats sont investis en outre-mer par "Ensemble ! - Majorité présidentielle", l'émanation de LREM en associations avec les autres partis au pouvoir. Nous en sommes à la 3ème vague ultramarine d'investiture de candidats...
Fort-de-France, RUP, Mayotte

L’appel de Fort-de-France pour une politique collant aux réalités des territoires ultramarins

139398
Au lendemain de la présidentielle, alors que l'Europe est sous les feux de l'actualité internationale, les représentants des 6 RUP français ont alerté sur l'urgence de modifier les politiques Outre-mer des Etats.
Chirongui, Mayotte

Bihaki Daouda, nouveau maire de Chirongui

139398
Le conseil municipal a élu un successeur à l'éphémère et condamné Andhanouni Saïd qui aura dirigé la commune pendant moins de deux ans. Bihaki Daouda devra mener les nombreux projets de la commune, qui ont été poursuivis pendant l'interim
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com